Hunter x Hunter Unlimited

WELCOME TO THE PARTY !

 :: Event, Mission & JDR :: Event Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
Johnson Dietrich
Messages : 42
Date d'inscription : 03/04/2017
Sam 13 Oct - 23:44
ft.
Welcome to the party
Les paroles des trois gamins laissaient de glace le Hunter, Il avait presque oublié à quel point on pouvait être stupide à cet âge. Il lui aurait bien décocher une droite, mais inutile de faire des blessés et puis il n’avait plus de temps pour eux. Voilà en t’autre pourquoi il n’aimait pas être dans la société. Voir Des’, les filles et Gris’ lui suffisait largement, les gens n’écoute plus rien. Il les avait regarder partir espèrent que tout se passe bien pour eux.


Johnson avait vaguement remercié Naku quand celui-ci lui indiqua la position du haut parleur, il allait devoir atteindre l’endroit afin de pouvoir le déconnecter au moins ils allaient pouvoir s’entendre penser. Pour le moment il fallait encore avancer pour pouvoir l’atteindre.
 
Après un moment de marche, le brun s’arrêta net quand le son de porte qui se ferme retenti. Voila qui était définitivement un sale jour. La voix de Naku paru a peine superflue quand le gorille pointa le bout de son nez dans le couloir.  Le corps de Johnson se raidit déjà près à devoir recevoir des coups et surtout près a paré. Ça allait faire mal. Reculant doucement il put voir la petite lumière dans son pelage. Sa respiration était calme bien que dans sa tête tout tournait trop vite. Il y avait des gens à protéger, pas d’armure sur lui, pas d’arme et son instinct qui lui criait de partir au plus vite. Il devait réfléchir est vite. Quand la voix du jeune homme lui évoqua les dispositifs, d’un souffle Johnson lâcha un « j’ai vue » à peine audible. Le cocktail Molotov pouvait servir surtout lui permettre de troubler assez la bête pour qu’il puisse l’attaquer, pas la tuer, mais au moins la blessée pour qu’elle parte… même si étrangement il se disait que cela n’allait pas se passer comme ça et que la solution allait être mauvaise pour lui… peut importe le résultat.  
 
« Si tu veux… mais étrangement je pense que cela na va pas les effrayés. C’est pas un comportement habituel… Alors si tu peux lui balancer directement dessus, ça nous donnera un faible avantage. Face à se genre de bête y a que deux issus possible »
 
Le brun calcula quelques rapides donnés dans sa tête, juste assez pour partir sur l’animal au moment ou son camarade lance son arme de fortune, c’était quitte ou double mais au moins il allait être fixé. Alors que le feu arrive au niveau des pattes du gorille, celui-ci ne prit pas peur et attendait déjà de pied ferme l’arrivé de Johnson qui eu à peine le temps de protéger son flan et d’accompagné le geste pour subir un choc trop brutal. Il fut tout de même balancé sur le côté alors que son corps percuta une vitre. Rapidement il se remit sur ses pieds, il savait pas vraiment se qu’il avait cherchant à oublier la douleur. Ce n’était pas un simple gorille.
 
« Ok on change de tactique - Gardant un œil sur le gorille – On va jouer à quitte ou double. T’es près à courir ? »

Il avait pas encore finit sa phrase, que le hunter fit volte face, emportant Naku dans son course. Le but courir jusqu’à la porte et avec l’élan de la bête lui faire défoncer la porte… dans le cas contraire, il allait devoir … essayer de tuer l’animal.

Un murmure s’échappa de ses lèvres, une prière à peine audible.
« Astre de nuit, ne me laisse pas faiblir. »

Si Gris arrivait à désactivé le dôme il allait pouvoir avoir une nouvelle option, par contre si lui était déjà blessé, il allait devoir compté sur son coéquipier du jour. Ou cela serait son dernier jour.
Il se mit une claque mental ce n’était pas le moment de pensé à ça. Le bruit des pas de l'animal se faisait entendre, lent, comme dans un de ses films d'horreur dont la fin est inéluctable.

 
Revenir en haut Aller en bas
Hanaki Fujiwara
Messages : 15
Date d'inscription : 11/01/2018
Age : 21
Localisation : Tokyo
Mar 16 Oct - 11:09
WELCOME TO THE PARTY

Je n'en croyais pas mes yeux. Pourquoi des personnes sont dans cette cage ? Ils sont serrés les uns contre les autres. J'ai envie qu'on les aide, il faut leur ouvrir la cage ! Enfin, ceci dit, on dirait qu'ils sont déconnecté du monde extérieur de la cage. Ils ont peut-être eu une injection de drogue ?

J'ai sursauté quand j'ai entendu ces rires. J'ai déjà entendu ça dans un documentaire animalier. C'est un rire de hyène ! Je me suis retourné et j'ai tapé dans le mille. Attend, si les animaux sont en dehors de la cage, ça veut dire qu'il doit y en avoir qui trainent ailleurs, non ? Et s'ils sont agressif comme ces hyènes, nous sommes tous en danger.

Mais pourquoi je suis là moi ? Je ne peux rien faire, je dois grimper en hauteur et observer les hyènes ! Je suis tombée en voulant rejoindre la cage pour grimper. Il y a une hyène qui s'est approché dangereusement de moi. Les autres humains étaient trop paniqués pour me voir. Je ne la regarde pas dans les yeux donc… mais je tremble, je sais qu'elle va me tuer. J'ai vu un truc sur cet animal. Un truc qui brille. Je lui colle un coup dans le museau, normalement un chien se calme après ça. Je vais vite grimper sur la cage, et ouf, la hyène ne m'a pas attrapé. Elle a reculé et j'ai enfin réussi à grimper.

Bon du coup je fais quoi à part regarder ? Si toutes les hyènes ont un truc qui brillent sur eux, c'est peut-être une puce électronique pour qu'on ne les perde pas. Est-ce que le personnel du zoo va arriver pour les calmer ? Ou alors ils sont manipulés par des humains, comme ce qu'a expliqué un Youtuber que je suis, que apparemment ils réussissent ce genre de coup sur des humains. Mais pourquoi manipuler les hyènes à part nous tuer, et dans quel but ? Et si le parc d'attraction dans lequel on a été convié est un moyen d'éliminer toute la race humaine pour qu'une société secrète illuminati domine le monde ? Ils pourraient se servir des vieux et des enfants pour les violer et les décapiter, et mettre leur tête sur des pics ?

Je pars trop loin dans mes pensées. Revenons en au fait. Un groupe de hyène nous menace et une centaine d'humain est comme lobotomisée, enfermée dans une cage. Je ne comprend pas pourquoi il y a eu cette manoeuvre de faite. On doit trouver une solution, mais les autres qui sont avec moi sont fort paniqués. Si je savais comment m'approcher des hyènes pour leur retirer le truc brillant… à moins qu'en lançant des cailloux où il faut, ça casse le système. Mais elles feront quoi après ça ? C'est peut-être une mauvaise idée avec la panique il y aura des blessés.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
WELCOME TO THE PARTY !  - Page 2 0a07657ff09074e12ce9833a7c27065c
Revenir en haut Aller en bas
Yunaleska Zoldik
Fondatrice
Mercenaire
Kuroneko no Ansatsu
Yunaleska Zoldik
Messages : 199
Date d'inscription : 02/07/2015
Age : 20
Localisation : Nyah! :3
Ven 30 Nov - 18:41

Y
u
n
a
&
T
a
k
u





Welcome to the party!!!


Eris me regarda longuement, je me demandais ce qu'elle avait a me scruter ainsi, surtout qu'elle s’approchait bien trop près pour moi... Je me demande ce qui m'a retenu de ne pas la repousser, m'enfin. Elle recula quelque temps après avec un léger sourire narquois... Je me disais aussi... Ou est passée notre Eris moqueuse et qui ne me fait pas confiance?

Eris: Oh, visiblement cela ne t’a pas plus choqué que ça de voir la lune noire dans cet état. Pour information non ça ne va pas bien, si le lourdaud s’en est sorti…

Shôgun s'en est sorti! C'est une excellente nouvelle!!! Je me suis mise a sourire tout en contenant mes émotions. Et puis... A vrai dire, je pensais que tout le monde seraient mort en voyant les cadavres des jumelles...

La grande brune se mis ensuite a regarder le sol, l'air limite triste...

Eris: Les jumelles ne sont plus… et Béa… ma pauvre Béa… Je l’ai perdu aussi.

Même Béatrice est morte... Cela m'attriste en même temps de me dire qu'aniki risque moins de se faire tuer... Mais c’était une fille plutôt sympa malgré tout... Mes pensées furent interrompu par Eris elle même qui commença a avancer, je la précède au cas où. Mes pas étaient silencieux, et mes oreilles aux aguets en cas d'attaque surprise. Après quelques minutes, la musique s’arrêta, ce qui m'arrangea grandement... Mais au loin, j'entendis des gens dans l'attraction ainsi que des jappements... Des chiens peut être...? Mais les animaux sont interdits ici!

Le sons d'un micro se fit entendre dans les hauts parleurs... Le même hommes que la fois précédente nous parlaient... Je me crispa en entendant ce qui ressemblait à un couinement de chien... Juste avant que je me rende compte que c’était des loups! Ces derniers comptaient bien nous attaquer d'ailleurs... Un d'eux se jeta sur Eris, les deux autres se détournaient un peu et allèrent vers des civils... Je garde un oeil vers les loups tout en me préoccupant un peu de l'état d'Eris mais cette dernière avait l'air de plutôt bien maitriser le loup... Elle envoya la bête au loin tout en faisant tournoyer sa chaine.


Eris: Si tu cherche à me faire peur, c’est raté. J’en ai rien à foutre de buter des putains de chiens et j’aurais aucun remord à le buter.

C'est vrai que dans notre situation, c'est tuer ou être tuée... Tout en sortant de mes songe, les deux autres loups semblait s'en prendre a des civils, par reflex, je bondis devant eux pour les protéger en voyant les deux loups les attaquer en même temps. Un des loups réussit a me chopper le bras gauche par "chance", je poussa un léger gémissement de douleurs quand il se mit a agiter la mâchoire pour déchiqueter ma peau, me faisant au passage une vilaine blessure... J'ai hésiter une fraction de seconde avant de lui planter ma main, griffe ressortie dans le coeur. Cela me les brise de tuer des animaux... Bien plus que les humains, mais là... Je ne pense pas qu'on ai le choix. Je me releva après avoir fortement agiter ma main pleines de sangs et fixais l'autre loup qui faisait de même...

Yunaleska: Allez! Ramène toi!

Le loup ne se fit pas prier, je le maitrisais plutôt difficilement d'un seul bras valide, mais je réussit a lui sectionner une patte puis le tuer, faisant crier quelques civils... En me redressant, je me pris le bras qui commençait a pisser le sang...



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
WELCOME TO THE PARTY !  - Page 2 Yunayu10

Spoiler:
WELCOME TO THE PARTY !  - Page 2 Twin11WELCOME TO THE PARTY !  - Page 2 Pokemon-gif-haters
Revenir en haut Aller en bas
The Riddler
Messages : 41
Date d'inscription : 13/06/2016
Sam 1 Déc - 12:34


WELCOME TO THE PARTY




Il n’y avait que 2 bruits dans la salle où il se trouvait : les moteurs des écrans et son propre souffle. Parfois cette douce quiétude était coupée par le battement de ses doigts sur le bureau. Il était plutôt paisible, les choses de passaient comme il le souhaitait, il n’avait donc pas raison d’être inquiet.
Pourtant, tout son corps semblait crispé, comme-ci ses muscles étaient prêts à recevoir à tout moment un coup. Il n’essayait même pas de se détendre en se frottant les articulations. Il ne bougeait presque pas et il attendait, ses yeux fixant les différentes caméras.


Son regard se porta d’abord sur la maison hanté. Deux filles avaient pris les choses en main. En même temps, les deux avaient un lien avec Jakob et Lilith Azarov. C’était assez rassurant pour lui de voir qu’elles étaient en accord avec leurs instincts de survie. « Tuer ou se faire tuer » semblait être le crédo qu’elles avaient mises en place. Pourquoi pas ? ça semblait logique pour beaucoup d’humains, alors, pourquoi pas pour elles ?
La jeune femme chat semblait mieux s’en sortir que sa camarade. Il faut dire que personne ne semblait décidé à les aider. C’était des civils, apeurés à la moindre goutte de sang et de courage dans leurs veines.


Un rire moqueur naquit au fond de la gorge de l’observateur silencieux. Voir les humains se débattre dans un tourbillon d’événements qui les dépassent… Voilà un des rares plaisirs que la vie pouvait offrir à un esprit supérieur.  


Ses yeux se fixèrent ensuite dans le palais des miroirs. Deux esprits qui se débattaient dans un monde d’illusion. Un sourire moqueur naquit sur son visage quand il vit la manière dont ils traitaient leurs alliés d’infortune. Il n’était donc pas le seul à se penser meilleur que les autres car il était plus intelligent et avait plus d’expérience. Cela le rassura presque de se dire qu’il n’était pas seul dans ce cas, se prendre pour un dieu vivant et juger les gens sans vergogne car on leurs est supérieurs lui avait souvent été reproché. Il nota cela dans un coin de sa tête et porta de nouveau sa totale attention sur les événements. L’arrivée des gorilles ne sembla pas les choquer plus que cela. Une moue triste naquit sur son visage : il aurait juré qu’un jeune homme n’ayant jamais été en face de ce genre de situation aurait été un tant soit peu surpris. C’est avec une forme de tristesse qu’il ne cocha pas une des cases de son bingo interne. Quand ce dernier lança le mini cocktail Molotov sur les pattes de l’animal, l’observateur pu voir avec plaisir l’animal ne pas bouger d’un poil, comme-ci les réflexes moteurs de ce dernier ne répondait plus. Ses plans fonctionnaient à la perfection, comme d’habitude. Soudain, il vit que le plus vieux des deux types attrapa l’autre et commença à courir vers la sortie. Faire courir la bête dans un lieu aussi serrée ? Ingénieux, il devait bien le reconnaitre. Un des gorilles se mit à courir après ses deux proies. L’autre se dirigea dans la direction opposée, il devait avoir repéré des proies seules. Les trois jeunes gens avaient évidemment entendus les bruits des pas lourds de la bête. Celui qui semblait être le « chef » se retourna brutalement pour faire face à la créature. D’un geste de la main, il indiqua à ses compagnons de s’enfuir et pris dans sa main un morceau de verre. Un sourire mauvais naquit sur son visage quand il vit que les deux autres avaient fait la même chose. Le ton sembla monter pendant une fraction de seconde puis ils se jetèrent sur la bête, la bouche grande ouverte. Dès le début l’un se fit cueillir par la bête, ce qui laissa le temps aux autres de se jeter sur la créature et de le trancher avec les morceaux de verres. Ils frappaient où ils pouvaient, ce qui aurait pu être utile si le gorille réagissait aux stimuli de douleurs. La bête lança contre un miroir le corps sans vie de celui qu’il avait attrapé et saisit la jeune femme par le cou. Le petit chef planta alors son morceau de verre dans le cerveau de la créature… Un poil trop tard. Ils tombèrent tous en même temps : la jeune femme sans vie, lui puis le gorille s’écroula sur lui. L’observateur compta tranquillement dans sa tête : soit le jeune homme trouvait la force de sortir avec ses amis morts autour de lui, soit il allait mourir d’asphyxie. Il joignit ses mains, prêt à voir s’il allait cocher une case de plus à son bingo morbide.   


Il frappa doucement dans ses mains, quelle idée d’être des héros quand on se trouve dans une situation où il est plus efficace d’être humain.


Agir en humain… Exactement comme le font ceux coincés dans le zoo. Ils paniquent bêtement. On dirait un poulailler dans lequel on aurait mis un renard. Une gamine semble avoir un peu plus de jugeote que l’homme en train de se faire dévorer par des hyènes à quelques mètres d’elle. Il a voulu semer des hyènes... Cela aurait pu être pertinent s’il était champion de course et encore !
Les hyènes trainaient et grognaient, la majorité des gens ayant préférés grimper en hauteur, dans des endroits inaccessible pour des animaux et le plus souvent sur la cage. Certaines essayaient de grimper, sans grand succès. Soudain ! Elles partirent, pas très loin, il était encore possible d’entendre leurs ricanement macabre. Les gens étaient tendus, ils se regardaient tous, certains essayaient de tendre le cou pour voir ce qu’elles étaient parties faire.


Puis une grimace d’horreur modifia les traits d’un homme qui se mit à crier en pointant du doigt une direction. Celle des hyènes qui revenaient en poussant divers objets, en ayant des choses dans la gueule… Impossible à comprendre pour des humains en pleine panique : elles étaient en train de se créer un moyen d’arriver à la hauteur de leurs proies. Certains essayaient de pousser les objets avec leurs pieds. Plusieurs réussissaient, sauf un, qui se fit attraper le pied et tomba en pâture aux hyènes. Plusieurs adultes attrapèrent les plus jeunes pour leurs cacher le visage et les oreilles.


L’observateur se demande pourquoi, les cris étaient ce qui déterminait notre vie depuis notre naissance : nous sommes nées en criant, mourir en criant est la fin la plus logique.


Pour terminer, son regard se posa sur l’arène. Il se souvint d’une conversation, et il se dit que c’était normal que la petite hunter s’en soit sortie. Heureusement que les spectateurs adorent lancer des choses dans l’arène. Sinon il risquait de la perdre. Quel dommage cela aurait été. Elle allait sûrement essayer de désactiver le dôme… Au moins, avec le sang qu’elle perdait, ils pourraient la suivre à la trace.


Ne jamais perdre de vue ses investissements… Une règle d’or qu’il applique le plus possible, maintenant qu’on lui a offert un terrain de jeu aussi fantastique !
 


codage par Laxy Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
Eris Azarov
Messages : 79
Date d'inscription : 19/05/2016
Dim 2 Déc - 1:07

「Welcome to the party」
Posant un regard furtif sur Yuna, la brune continua de faire siffler la chaîne. Rien à faire la bête ne semblait pas vouloir partir. A côté la gamine jouait les héroïnes et se battait contre les deux autres bêtes, la technique qu’elle utilisa était familière, mais il faut l’avouer qu’Eris n’aimait pas vraiment l’utiliser. La bête lui bondit une nouvelle fois dessus tout aussi rapide, roulant sur le côté la fille de la hyène eu à peine le temps de se remettre sur ses pieds qu’elle devait courir un peu pour éviter une autre attaque de la créature. Enroulant la chaîne autour de son poignet, Eris laissa la bête s’approcher. Alors que celle-ci ouvrait la gueule pour mordre, la brune plaça sa main dans la gueule à peine protéger par la chaîne de plastique, elle profita de l’avoir à proximité pour se débarrasser de la bête d’un sang froid terrifiant. La main de la brune traversa le crâne de la bête, le geste était calculé, même l’angle était parfaitement ajusté, comme la main de la blonde quand elle planta la tête d’un homme sous les yeux de la brunette bien plus jeune.


Elle essuya sa main sur la fourrure de l’animal, puis chercha du regard s’il  y avait une caméra ou autre. Elle ajusta sa tenue avant de prendre la parole.

« Tu es le prochain mon mignon. »

Elle regarda les autres humains dans la pièce, elle soupira, stupide créature. Elle était pressée que cela se termine, elle avait autre chose à faire, un plan bien roder et elle devait apporter de nouveau soin à Béatrice. Quand elle jeta un regard à Yuna, elle arqua un sourcil en voyant l’état de la chatonne.
 
« Bon sang ses pas le moment de crever en saignant comme un porc. »

Elle déchira un morceau de tissus qu’elle pressa sur la plaie de Yuna.

« Quand on sortira d’ici, on trouvera de l’alcool ou de l’eau bouillante pour éviter l’infection. Tes vaccins sont à jour ? »

Quand elle remarqua que la porte s’ouvrait, Eris regarda sa camarade puis se redressa en lui disant de garder une bonne pression sur les plaies. Elle s’avança lentement comme-ci un piège se préparait, sortant à peine la tête alors que la foule se précipita pour sortir de l’attraction. En voyant que rien n’était dangereux, elle sortit à son tour.

« Si j’étais un connard dans une fête foraine ou je cacherais mon cul »

Elle chercha du regard le point le plus culminant de la fête foraine, mais pas une attraction.

« Et toi Minette tu te cacherais où ? »

Elle trouva dans sa recherche du lieu où pouvait bien se trouver l'investigateur de cette mascarade, un magasin qui pourrait à défaut d'alcool au moins de l'eau chaude. Finalement elle trouva de quoi désinfecté la plaies et des tissus propres. Elle s'approcha de Yuna pour travailler et la soigné du mieux qu'elle pouvait. 

"ça va piquer."

Eris versa un peu du liquide sur la plaie avant de faire un bandage sur le bras meurtrie. 

"Bon c'est déjà ça."
Revenir en haut Aller en bas
Naku Owiga
Messages : 102
Date d'inscription : 30/10/2017
Localisation : York Shin
Dim 2 Déc - 19:50
Event
Welcome to the Party


Évidemment, la bête ne réagit pas le moins du monde à la gerbe de flamme qui commence à lui ronger le pelage. Je contrôle mentale est évident... Je continue de rester sur mes garde et de chercher l'éventuelle antenne qui transmet les ordres aux deux gorilles. Je vois Johnson se prendre un violent coup dans les côtes, ce qui me fait perdre le fil de ma recherche.
Ces bêtes sont des montagnes de muscles, sans le nen, ni arme ni la possibilité de jouer sur les instincts primaires, on est foutu !


Je me sens légèrement pâlir face à la situation, mais rien en comparaison de la façon dont j'avais pu réagir lors de la fusillade d'il y a quelques mois. Le hunter me dit qu'il est temps de pratiquer la fuite, ce qui semble être notre meilleure option au vue de la taille des assaillants et de l'étroitesse des couloirs.
Avant même que j'ai le temps de réagir, il m'attrape et commence la course. Je me contente donc de souffler un « Oui » alors que le mouvement s’enclenche. Je prends rapidement mon indépendance et le suit sans trop de problème grâce au mélange entraînement et adrénaline.


J'entends le bruit retentissant qui me poursuit, sachant très bien qu'il de quoi il s'agit, je déglutis. Cependant je doit rester concentré sur ce que je cherchais plus tôt... Je ne ne remarque pas l'objet de suite, mais plutôt son reflet dans l'un des nombreux miroirs. Un boîtier avec une petite LED clignotant, perdu au milieu de tous les autres éclairages de l'attraction, pas étonnant que je ne l'ai pas remarqué quand nous sommes arrivés.
Je me dirige vers l'appareil en le pointant rapidement du doigt et je dis à Johnson assez fort pour être entendu, presque en criant :


Boîtier ! Contrôle ! Cour-circuit !


Toujours au pas de course, je sors une des minis bouteilles que j'ai acheté... Non pas un alcool pur qui ne serait que très peu conducteur, mais une jolie bouteille de vodka orange qui, comme vous vous en doutez contient plus de soda que d'alcool, mais qui est vendu au même prix. Mais toute personne ayant déjà fait tomber son soda sur son clavier sait très bien comment les appareilles électriques réagisses aux liguides sucrés.
Une fois à bonne distance, je suis forcé de m'arrêter. J'ajuste mon tir et je lance de toute mes forces juste au dessus du relais...


ARG !!!


Je me retrouve propulsé vers l'avant, le souffle coupé... Visiblement le gorille courant plus vite que je ne le pensais... J'arrive à me rattraper de justesse pour ne pas m'étaler au sol... J'ai mal au dos, mais je n'ai rien de cassé. J'entends les crépitements électriques au dessus et une odeur de plastique brûlé se fait vite sentir... Le relais est coupé... J'espère que ça suffira.



Revenir en haut Aller en bas
Griselda DeWynfell
Lost Hunter Créancière Fan N°1 de Phinks
Griselda DeWynfell
Messages : 303
Date d'inscription : 03/05/2016
Age : 22
Dim 2 Déc - 21:08
Welcome to the party !


Cela faisait plusieurs minutes que Griselda fouillait la pièce à la recherche d’une trappe. L’adrénaline qui coulait dans ses veines était en train de doucement disparaitre laissant place à une violente douleur lancinante. Chaque pas qu’elle faisait semblait ouvrir un peu plus ses plaies. La jeune femme tenta de se concentrer sur les détails pour ne pas penser à la douleur… mais cela ne changea pas grand-chose. Elle arrêta alors ses recherches et retira son crop-top se retrouvant avec son body comme haut. Elle entama alors de serré un maximum le bout de tissu autour de son ventre afin de freiner un maximum l’hémorragie. La brune fit la moue, pas vraiment convaincue de son garrot de fortune.

Une fois ceci fait elle reparti à la recherche de la fameuse trappe. Elle finit par la trouver, au sol, sous un morceau de tissu servant de tapis. La hunter attrapa le rebord de la plaque et la souleva doucement. Pas qu’elle ne voulait pas faire de bruit, mais elle tentait de ne pas se faire mal stupidement en voulant se débarrasser rapidement de l’objet qu’elle avait dans les mains. Elle contempla alors le gouffre se trouvant devant ses yeux, elle utilisa son téléphone pour faire une lampe torche et constata que ce n’était pas trop profond… pas assez pour qu’elle se fasse vraiment mal.
Elle attrapa alors une des manches pendante de son crop-top/bandage, serra le morceau de tissu entre ses dents et sauta dans le trou. A la réception, Griselda retint un cri de douleur grâce au morceau de tissu. De grosses gouttes de sueurs perlaient le long de son front mais elle se releva tout en retirant le tissu de sa bouche. Une fois remise, à peu près, de ses émotions, elle attrapa son téléphone et constata dans un soupir que ce qui semblait être la suite des tuyaux étaient en hauteur et qu’elle allait devoir ramper pour le traverser. La brune regarda alors la distance la séparant de l’entrée du tuyau et, appuyant un de ses pieds sur le mur pour avoir plus d’élan, elle s’agrippa au rebord. Elle avait l’impression que ses muscles allaient lâcher à tout moment, mais elle se força à se hisser et à rentrer à plat ventre dans le tunnel étroit. Elle essaya tant bien que mal de mettre ses bras en avant et de garder son téléphone en main pour se faire de la lumière. La position était inconfortable, ses plaies frottaient sur le sol à chaque fois qu’elle gagnait quelques centimètres, mais elle avançait.

Cela faisait plusieurs minutes qu’elle avançait péniblement. Elle pestait contre elle-même, pourquoi avait-il fallut qu’elle soit aussi grande ? Aussi musclée ? Elle ne pouvait pas être une petite bonne femme d’1m40 et de 40kg ? Elle aurait pu se déplacer accroupie ou, au moins, plus aisément. Griselda respira doucement, heureusement qu’elle n’était pas claustrophobe, quoiqu’elle pourrait le devenir dans ce genre d’endroit. En plus de cela, l’adrénaline ayant totalement disparue de ses veines faisait qu’elle sentait avec un grand déplaisir le moindre frottement du tissu sur ses plaies. Régulièrement, elle s’arrêtait pour reprendre son souffle, détendre son bras maintenant le téléphone, juste se fermer les yeux pour se retenir de crier, puis elle repartait sans perdre de vue son objectif principal : éteindre l’électricité.
Elle serra les dents et tenta de positiver en se disant que, au moins le tunnel était en ligne droite et un peu en pente ou que, au moins elle allait pouvoir sortir et revoir Naku… Avec 3 énormes plaies sur le ventre… La brune soupira doucement, comme-ci elle avait besoin de cicatrice en plus. Tout en avançant, elle songea à ce que ses parents allaient dire en la voyant débarquer et en apprenant qu’elle avait une nouvelle cicatrice… Puis cette pensée disparue en se disant qu’ils ne seraient jamais au courant de cela. Impossible. Ils verraient aussi son tatouage de la Brigade. Heureusement, la douleur lancinante l’empêcha de penser un peu trop longtemps à ses collègues criminels et le Black Chapter… cela et la fin du tunnel qui se profilait devant elle.

Elle lâcha doucement, pour elle-même un « enfin… », et elle se dirigea un peu plus vite vers la sortie. Une fois au bord, elle dû se rendre à l’évidence concernant un fait assez… gênant… Elle allait devoir se jeter en avant. Bon, il n’y avait pas beaucoup de hauteur, mais elle ne pouvait pas se retourner dans l’espace étroit du tunnel. Elle sorti alors le buste du trou et se balança en avant. Elle fit une semi-galipette et se retrouva le dos contre le sol. Il n’y avait pas assez de hauteur pour que son dos souffre de la chute mais elle aurait très bien pu se passer de cela.
Griselda resta alors pendant quelques secondes sur le sol. Elle n’attendait rien de particulier. Elle savourait juste le fait de ne plus sentir de frottement sur ses plaies. La brune avait l’impression que son cœur battait dans les blessures et cette impression les rendaient encore plus douloureuses. 

La hunter se décida tout de même à se relever, bien plus difficilement qu’elle ne le pensait et, s’aidant de son téléphone, chercha un interrupteur pour allumer la lumière de la salle. Elle le trouva assez vite et remarqua alors qu’elle était dans une petite pièce remplie de disjoncteur et avec deux générateurs. Elle s’approcha alors des disjoncteurs et chercha des yeux celui contrôlant le dôme. Ne voyant rien écrit et ne sachant absolument pas comment il était possible de savoir quel disjoncteur contrôlait quoi dans un lieu aussi grand qu’un parc d’attraction elle se décida à tous les fermer.
C’est à ce moment précis que la jeune femme se sentie relativement bête, toute seule dans sa salle. Elle allait devoir crier pour Johnson, mais… cela lui semblait incroyablement stupide. Peut-être à cause de la douleur et du stress, mais à cette idée, la jeune femme ria toute seule.
Elle se calma au bout de quelques secondes et se décida enfin à crier :

-Johnson ! Je vais éteindre le dôme et l’électricité de tout le parc ! Je vais le faire d’ici 10 minutes, ça te laisseras le temps de ne pas être surpris !

Suite à cela, elle se dirigea vers les générateurs, juste pour voir ce qui se passait de leurs côtés, et à sa grande déception, ils ne révélaient rien de particulier et ils n’avaient pas de panneau de contrôle permettant de les réactiver manuellement. Ou du moins, pas au premier coup d’œil.
La jeune femme attendit alors paisiblement les 10 minutes, essayant tant bien que mal de rassembler les informations qu’elle avait récupérées depuis le début de la journée afin de ne pas succomber à la douleur. Quand le compteur se termina dans son esprit, elle n’avait pas vraiment réussi à rassembler les éléments, elle se doutait que le Riddler était peut-être derrière toute cette affaire, mais parfois, son intérêt pour ce type frôlait l’obsession.
Elle se dirigea alors vers les disjoncteurs et les mit tous sur « off ». La lumière éclairant la salle s’éteignit et le vrombissement des générateurs cessa. L’éclairage pour la sortie de secours permis tout de même à la jeune femme de trouver la porte de sortie. Elle adressa un merci silencieux à la personne ayant fait une porte vers l’extérieur et elle sorti.
La lumière de l’extérieur lui agressa les yeux, mais, le temps que ses yeux s’habituent à la lumière, elle put se remettre en tête le plan du parc et ainsi se repéré plus vite. Une fois qu’elle repéra où elle se trouvait, elle commença à se diriger vers la place centrale du parc.
En passant devant la maison hantée, elle repéra deux filles, deux personnes qui semblaient un peu plus calme que les autres et surtout, une soignait l’autre. Elle s’approcha d’elles, marchant le plus naturellement possible malgré ses blessures, une fois à leur hauteur, Griselda leurs adressa un petit sourire en coin :

-Bonjour, ça vous dérange si je vous emprunte de quoi nettoyer une plaie ? –elle jeta un coup d’œil à sa main qui s’était mise, par reflexe sur le linge lui servant de garrot et constatât qu’elle était pleine de sang- disons que j’ai eu un compte à régler avec Winnie l’Ourson, pour rester dans le thème du parc d’attraction. 

(C) Galimybé - Mini BN

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
WELCOME TO THE PARTY !  - Page 2 Signa_10
Spoiler:
WELCOME TO THE PARTY !  - Page 2 229678giphy4

Spoiler:
WELCOME TO THE PARTY !  - Page 2 9k10
Revenir en haut Aller en bas
Johnson Dietrich
Messages : 42
Date d'inscription : 03/04/2017
Lun 3 Déc - 18:14
ft.
Welcome to the party
La bête à leur trousse était quelque peu ralentie par le côté très restreint de la pièce, pendant cette course Johnson avait lâcher Naku qui semblait prendre le rythme avec plus d’aisance. Parfait il avait cela en moins à devoir gérer, dans sa tête tout fusa en un flot d’information, d’idée, de problème et leurs résolutions, il suivait le même itinéraire qu’à l’aller, il ne fallait pas tomber dans un cul de sac tout de suite. Le hunter serra un peu plus le morceau de verre dans ça main pour avoir une meilleure prise dessus. Il soupira puis quand il arriva devant l’entrer il regarda rapidement la porte pour bien sur confirmé que la porte était fermée. Une fraction de second le fit regarder Naku qui lui signala qu’il allait court-circuiter le boitier de contrôle… Johnson le regarda ne faisant qu’un geste de la main rapide alors que la bête commençait déjà à arriver. Il eu à peine le temps de se concentrer pour entendre la voix de Griselda dans son oreillette que la bête avait déjà chargé et elle avait attaqué le collègue d’infortune qui avait réussi à griller la console, mais c’était pris un magnifique coup de l’animal.


Mais le comportement de celui-ci avait changé, il semblait plus … animal. Le gorille montra ses dents, la douleur le rendit furieux. Cette fois pas le choix. 10 minutes, juste le temps de mourir, mais ce qui était sûr c’est que dans cette pièce, il y allait avoir des âmes en moins… le seul facteur variant était le nombre.

Pas le choix pour le Hunter, il allait passer à l’attaque et allait devoir aller contre son principe. Prenant son courage à deux mains, il fonça sur la bête qui se dressa sur ses pattes arrière. Johnson calcula précisément le temps qu’il lui faudrait pour arriver devant l’animal, rouler sur le côté avant qu’elle n’abatte ses poings sur le sol. Oubliant totalement la présence de Naku, le hunter se focalisa sur sa cible. Il n’avait pas transmis le message de Griselda d’un côté il y avait autre chose à penser.
 
Sa roulade lui permit d’arriver sur le côté droit de l’animal, s’appuyant sur la pointe de ses pieds, il prit l’élan nécessaire pour combler la distance afin d’atteindre le dos de l’animal.  Sans le nen, il était bien moins rapide et le gorille eu le temps de se mettre de nouveau face au hunter. Balançant ses bras pour atteindre son adversaire, qui fit plusieurs pas en arrière pour éviter de justesse les coups. Il devait être plus proche de l’animal, beaucoup plus proche. Il prit de la distance et s’agita un peu pour que celui-ci se focalise sur lui, mettant dans son dos un miroir. Quand la bête fonça sur lui, il attendit le dernier moment pour rouler afin que celui-ci n’aille pas le temps de dévier sa trajectoire.

Un bruit de verre briser emplis la salle, bien que couper à certain endroit, Johnson reprit son attaque cette fois l’animal était à sa hauteur grimpent sur le dos de celui-ci et enfonça le morceau de verre dans la gorge sur le côté gauche. Il maintient la pression puis retira brutalement le morceau avant de se laisser tomber au sol, se qui lui arracha un léger cri de douleur, mais pas le temps de plaindre ses côtes il fallait bouger avant que la bête de s’écroule. Avec peine, il se releva maintenant ses côtes et s’éloigna rapidement. Le sang coulait de la plaie de l’animal qui finit par tomber. Le hunter avait visé juste, un coup bien placé dans la carotide, avait de libérer le sang, mais aussi bloquer le passage de l’air.

Un soupire sortit de la bouche de Johnson quand l’animal fut à terre, il se rapprocha un peu, mais resta assez éloigné pour ne pas être pris par surprise si le gorille « jouait les morts ».
Le brun posa sa main au niveau de cœur et dans une prière muette s’excusa de son acte, accompagnant de ses paroles l’animal à se réincarné dans la prochaine phase de la lune.
Après ses quelques mots, il se retourna vers Naku et haussa un peu la voix.

« Gris à virer le dôme, nous allons récupérer notre nen. – Il regarda dans le manège et soudains une réalité lui sauta aux yeux. Il y en avait deux de gorille, un seul avait suivi. – merde »

Sans en dire plus, il se précipita dans l’attraction, cherchant le croisement ou ils s’étaient séparer des jeunes personnes, il prit le chemin qu’ils avaient emprunté, l’animal ne risquait pas de rejoindre Naku et avec un peu de chance celui-ci avait comprit se que le hunter avait en tête et l’aurait suivi ou du moins serait sortis.

Il mit un peu plus de temps qu’il ne le voulait pour arriver devant le spectacle macabre. Il arrivait trop tard visiblement, jusqu’à se qu’il voit une personne sous l’animal qui semblait chercher de l’air. Johnson se jeta dessus pour tenter de le sortir de là, mais le gorille était bien trop lourd.
 
Le souffle saccadé, il estima le temps qui c’était écouler depuis l’annonce de la hunter. Il prit le temps de fermer les yeux pour habituer déjà ses yeux à l’obscurité.  Le brun finit par sentir un regain d’énergie, Griselda avait bien réussi son opération. Rien d’étonnant à cela après tout, mais le voilà dans le noir, il ouvrit les yeux après un moment et forte heureusement la lumière verdâtre des indicateurs de secours, lui permit de tourner son visage vers l’un des miroirs et de se focaliser sur le reflet imparfait. Maintenant toujours l’animal pour que la personne dessous puisse un minimum respirer, un flot d’énergie sortir du corps de Johnson alors qu’un second lui apparaissait et se mit automatiquement au travail pour aider l’original dans sa tâche pour dégager la personne. A deux, ils réussir à soulever assez l’animal pour libérer le jeune homme dessous. Maintenant il fallait sortir d’ici, on ne sait pas si la personne à l’origine de tout cela n’avait pas une commande pour bloquer de nouveau les attractions voire les aérations. Il fit en sorte que son clone aide la personne à se diriger vers l’entrer, alors que lui s’approcha des deux autres pour vérifier une chose qu’il savait déjà, il fit une nouvelle prière pour les trois âmes, avant de rejoindre son clone et Naku, celui-ci semblait suivre automatiquement, peut être un des effets du choc, mais pour le moment il fallait d'abord sortir d'ici. La route n’était pas forcément évidente avec le peu de lumière, mais avec les verres qui crissait sous leurs pieds, ils finirent par re trouver l’entré.

Une fois devant la porte le Hunter força sur la porte pour l’ouvrir, elle n’était pas fermée, mais il fallait vraiment forcer dessus pour qu’elle cède enfin. L’action lui donna quelques sueurs, surtout dû à la douleur que lui transmettait ses côtes. Une fois à l’extérieur, il prit la place de son clone pour le faire disparaître. Il soutint l’homme jusqu’à pouvoir le donné à des personnes qui allait pouvoir s’occuper de lui s’il était blessé. Un infirmier, accompagné de ses amis prirent en charge le jeune homme.
Le brun se retourna vers Naku, qui avait suivit et n'avait encore rien dit.

« Tout va bien de ton côté ? – il attendit un peu de temps, plus pour lui que pour laisser à Naku le temps de répondre. Chacune de ses respirations lui faisait mal. – Bon allons rejoindre Gris… Elle a du l’aller vers la place centrale »

 
Revenir en haut Aller en bas
Hanaki Fujiwara
Messages : 15
Date d'inscription : 11/01/2018
Age : 21
Localisation : Tokyo
Mar 4 Déc - 10:59
WELCOME TO THE PARTY

• Ah mais c'est vrai, cet homme a voulu semer des hyènes, et finalement il s'est fait mangé. Je m'en veux mais je ne savais pas quoi faire. J'observais toujours sur mon perchoir, ne sachant pas quoi leur lancer pour qu'elles s'en aillent. Je les ai perdu de vue… jusqu'à ce qu'elles reviennent avec de quoi grimper et nous attaquer ! Elles ne sont pas bêtes. Un adulte m'a caché la vue.

“Mais arrêtez ! Je veux voir !”

Je me débattais pour réussir à voir. Mais je ne suis plus un enfant ! Si je peux trouver un moyen d'aider en observant, ça peut aller non ? On entendit une porte s'ouvrir. Quand je pu enfin voir ce qui se passait, la cage s'était ouverte. La cata… tous en panique.

J'essayais de dire de rester calme, ça va exciter les animaux et ils seront en danger ! Mais personne ne m'écoute. On dirait que je suis inexistante. La tristesse. C'est normal d'avoir peur après tout. Personne ne m'écouterait, ça servirait à rien. Je vais devoir agir. Maintenant. Je me met à descendre et faire du bruit avec des bâtons contre la cage dans le but d'attirer les hyènes.

Sans effet. Les hyènes formaient une équipe soudée. Comme des humains terroristes dans un groupe de touriste. Donc je me met à courir et je pousse des cris pour essayer de les attirer en cage. Rien non plus. Elles restaient groupées pour essayer d'éliminer un maximum de personne. À cause de moi, le compteur va tomber à 0.

“MAIS PUTAIN CASSEZ VOUS ! ON VA TOUS EXPLOSER SI ON NE SE SAUVE PAS VIVANT !”

Je n'avais plus le choix. Faire des prises de karaté sur les hyènes même si je n'ai pas le droit de les utiliser en dehors du dojo. Je vais me faire manger, mais si ça permet à tout le monde de partir, je peux bien me sacrifier ? J'ai encore mes études à finir, profiter de la présence de mes amis, ma grand mère à m'occuper…

Je penserais à ces personnes après. En attendant, je colle des coups de sac dans le gueule des hyènes, histoire de leur casser la machoire. Mais bon, elles se défendent bien, et me blessent. Je vais chercher un grand baton et me battre avec. Je n'y arriverais pas parce que le baton en bois ne résiste pas à leurs crocs. Dommage, on va perdre l'escape game par ma faute. Il y a des hommes qui essayent aussi d'affronter les hyènes en m'ayant vu foncer. Mais leur maladresse leur perd. Je ne voyais qu'une solution : tuer les hyènes pour sauver et se sauver. La question : est-ce que le compte descend si on tue les hyènes ?
Revenir en haut Aller en bas
Yunaleska Zoldik
Fondatrice
Mercenaire
Kuroneko no Ansatsu
Yunaleska Zoldik
Messages : 199
Date d'inscription : 02/07/2015
Age : 20
Localisation : Nyah! :3
Lun 18 Mar - 2:16

Y
u
n
a
&
T
a
k
u





Welcome to the party!!!


Alors que je me redressais et constatais où en était Eris avec "son" loup, je me rendit compte qu'elle l'avait déjà tuer elle aussi... C'est bien ce que je me disais, elle est vraiment coriace la miss teigne! Cette remarque me fit légèrement sourire avant que la brune ne pose son regard sur moi, un peu surprise.

Eris: Bon sang ses pas le moment de crever en saignant comme un porc.

Je pressais déjà ma plaie pour arrêter le sang, mais Eris arracha un bout de ses propres vêtements... Si je m'attendais à ça... Bon on en est pas encore à une relation purement amicale mais quand même. Elle est peut être pas si méchante qu'on ne le pense au final! Je me suis mise à rougir en la regardant... JE lui en dois une sur le coup. De plus, je me sent honteuse de l'avoir jugée trop vite malgres tout.

Eris: Quand on sortira d’ici, on trouvera de l’alcool ou de l’eau bouillante pour éviter l’infection. Tes vaccins sont à jour ?

Yunaleska: Oui... Normalement, je devrais pouvoir m'en sortir

Elle me conseilla d'appuyer sur ma plaie pour ne pas que je perde trop de sang, puis nous continuons à avancer pour rejoindre la sortie de cette foutue maison hantée.

Eris: Si j’étais un connard dans une fête foraine ou je cacherais mon cul... Et toi Minette tu te cacherais où ?

Je mis un petit temps avant de répondre...

Yunaleska: Le problème, c'est que cet enfoiré peut être partout...

Après quelques petites minutes de marche, nous tombions sur un petit magasin ou Eris s'empara de pas mal de petites choses pour me soigné, elle s'approcha pour ensuite désinfecté mes plaies...


Eris: Ca va piquer...

J'ai plutôt l'habitude de subir ce genre de douleur mais je grimaçais tout de même quelques peu quand elle versa le liquide sur ma blessure. J'ai vraiment eu de la chance... ça aurais pu être pire. Quelques secondes plus tard, des bruits de pas se firent entendre pas loin du magasin, par réflexe mes oreilles se tournèrent en directions du bruit. Une fille avec une peau métissée fit son apparition, elle semblait pas mal blessée elle aussi vu l'odeur du sang qui chatouillais mes narines...

???: Bonjour, ça vous dérange si je vous emprunte de quoi nettoyer une plaie ?... Disons que j’ai eu un compte à régler avec Winnie l’Ourson, pour rester dans le thème du parc d’attraction.

Yunaleska: Hum... On est plutôt chanceuse alors de n’être tomber que sur trois loups... Mais tu peux te servir, je pense qu'il reste assez de trucs pour te soignée!

Je lui ai adresser un léger sourire par la suite tout en laissant Eris terminer de me soigner sans la déranger.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
WELCOME TO THE PARTY !  - Page 2 Yunayu10

Spoiler:
WELCOME TO THE PARTY !  - Page 2 Twin11WELCOME TO THE PARTY !  - Page 2 Pokemon-gif-haters
Revenir en haut Aller en bas
The Riddler
Messages : 41
Date d'inscription : 13/06/2016
Lun 18 Mar - 23:41


WELCOME TO THE PARTY



Spoiler:
Considérez que ceci se passe quand vous êtes tous sur la place, donc ceux qui y sont mais qui passe avant Hanaki (qui est la seule qui manque, de souvenir) vous faites comme-ci elle était là.
Les choses se passaient comme elles devaient se passer. Ils en avaient discuté pendant des heures avant de lancer leur premier plan d’attaque de grande envergure. Il était le premier à passer et il ne devait pas décevoir, il ne devait décevoir personne, surtout pas son modèle.
Quand il sentit le dôme s’éteindre, son nen revint à travers son corps. Il devait avouer que cela faisait du bien. Il n’avait pas forcément besoin de son nen pour se sentir en forme mais il aimait bien savoir qu’il retrouvait le contrôle parfait de son corps.

Il tapotait doucement sur l’accoudoir de sa chaise et quand une petite sonnerie retentie de son téléphone, il se leva. Sa vie était réglée comme une montre, il savait à la seconde près ce qu’il devait faire et, à ce moment précis, il devait sortir de l’ombre. Il jeta un coup d’œil à un des écrans et quand il repéra que toutes ses cibles étaient réunies au même endroit, il savait qu’il devait se présenter.
Il ajusta son couvre-chef, prépara sa voix et se dirigea vers l’extérieur. La lumière du jour lui agressa les yeux et il recula de quelques pas mais il devait le faire.

Il sortit de son antre et pris un ascenseur afin de se retrouver sur le rebord d’un bâtiment un peu plus élevé, à un endroit où les gens pouvaient tous le voir sans pour autant l’atteindre. Il était de taille moyenne, un peu petite pour un homme, il avait de très grands membres, ses bras descendants jusqu’à ses genoux, il était très fin et la chose la plus étonnante était qu’il avait un écran de télévision cathodiques sur la tête, il était donc impossible de voir son visage. Il avait un manteau bleu à manche très longue avec un col-roulé et il avait des gants qui cachaient ses mains. Il était donc impossible de voir la moindre parcelle de sa peau.

Il activa son micro et il eut le plaisir d’entendre sa voix raisonner dans tout le parc, sa voix étant toujours aussi rapide et criarde que quelques heures plus tôt :

-Bonjour à vous, je me présente : Théodule Vadcard. Je suis un gardien du Paradis –il marqua une courte pause, il était assez clair que cela était parfaitement programmé- ne vous demandez qui nous sommes, vous ne pourriez pas comprendre.

Il lança un regard panoramique sur les gens qui étaient en face de lui et, sous la télé qu’il avait sur la tête, un sourire se dessina :

-Je sais que vous mourrez d’envie de discuter avec moi dans un face à face digne d’un mauvais western mais je vous propose avant tout un rendez-vous avec vous-même.

Il leva alors ses mains et les gens en face de lui ressentirent un poids sur leurs paupières puis il eut un grand plaisir à les voir sombrer. Son nen était assez simple, les gens s’endormaient et pour se réveiller ils devaient affronter leur peur. Même si la plupart n’arrivaient pas à se sortir de ce mauvais pas, Théodule avait fait exprès de ne pas lancer son nen avec sa puissance maximale, autant parce qu’il ne pouvait pas lancer une attaque trop puissante à autant de monde en même temps que parce qu’on lui avait dit qu’ils devaient tous se réveiller.


Spoiler:

Là vous pouvez tout faire d’une traite, l’idée c’est qu’après toutes les réponses des gens, je puisse reprendre avec Théodule pour faire le finish de l’évent.



En attendant que les Belles aux bois dormants se réveillent, il intima aux gardes d’attraper les corps endormis et de les ramener dans le QG où il se trouvait depuis le début. L’homme télé suivit tranquillement, se remémorant la moindre phrase de son texte pour ne pas se tromper.
Une fois que les corps furent déposer sur le sol, il se plaça devant eux, debout, attendant sagement qu’ils retrouvent leurs esprits et qu’il puisse déblatérer son petit discours. Si quelqu’un pouvait le voir en ce moment, il pourrait avoir le plaisir de voir qu’il ne bougeait pas d’un centimètre, seul son torse se soulevait doucement au rythme de sa respiration rapide. 
Spoiler:


Et voici à quoi ressemble Théodule: WELCOME TO THE PARTY !  - Page 2 2473dd10



codage par Laxy Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
Eris Azarov
Messages : 79
Date d'inscription : 19/05/2016
Mar 19 Mar - 21:38

「Welcome to the party」
Alors qu’elle était en plein soin, la brune leva la tête en direction de la voix qui venait de parler. Une brune qui ne semblait pas forcement à sa place ici, mais qui avait bien dégusté surtout. Eris observa les dégâts qu’elle pouvait voir, il allait falloir bien plus que simplement nettoyer la plaie. Elle écouta en silence la nouvelle alors qu’elle terminait sa tache sur la Neko. Elle se redressa enfin, Yuna les trouvait chanceuse dans leurs malheurs.


Se tournant vers la Hunter, Eris leva rapidement le haut qui cachait la plaie, pour émettre un verdict sur les dommages. Rapidement Griselda retira la main de la femme en face d’elle pour remettre son haut en lambeau en place.

« Nettoyer simplement la plaie ne suffira pas, faut au moins quelques points de sutures sinon tu va te vider de ton sang. »

Alors que la fille Azarov s’approchait pour commencer ses soins, la hunter refusa net. Elle pouvait bien se débrouiller seule. Eris l’aurait laisser faire en temps normal, mais il y avait bien plus à y gagner de l’avoir opérationnel. Si elle avait su tenir tête à un ours sans nen, avec elle n’en aurait fait qu’un boucher certainement. Elle insista alors, lui expliquant par la même occasion qu’elle était médecin et que la jeune femme risquait en plus d’être en sous tension, d’engendrer une infection. C’est quelque peu hésitante de finalement Griselda accepta de laisser faire la brune. Elle versa alors le contenue de la bouteille sur la plaie. Elle avait une vue parfaite sur la griffure qui n’était vraiment pas jolie à voir et sur le tatouage, une araignée les gens ne savait plus quoi faire pour se faire remarquer. Elle s’empara d’une aiguille qu’elle posa sur une des plaques chauffantes du stand, elle nettoya la plaie afin de voir net et proposa à Griselda de mettre un truc entre ses dents car elle allait la recoudre à vif. Elle désinfecta l’aiguille puis glissa le fil. Tendant la peau mate sous ses doigts pales, elle s’appliqua sur chaque point de suture.  Le sang coula au fur et à mesure et elle devait nettoyer pour voir nette. A la fin de sa tâche.  Elle prit de nouveau lambeau de tissus pour panser au mieux et évité plus de perte.

« Bon ça ira pour le moment, ça tiendra mais faut pas non plus tarder à faire le reste. Sa va juste te laisser une belle marque et défoncé ton tatouage. »

Alors quelle venait de terminer et quelle nettoyait ses mains pleines de sang. Elle vit d’autre personne arriver mais ne prêta pas vraiment attention jusqu’à entendre cette voix, si particulière, haute percher et débitant des conneries à la minute. Elle chercha un peu partout et son regard finit par se poser sur un point étrange en haut d’un bâtiment. Es que c’était lui ? Peut être bien. Ses poings se serrèrent, bien que lors qu’il se présenta elle eu un moment de bug. Il aurait pu choisir un pseudo au moins, mais ce n’était pas le moment de sous-estimé le garçon. Pourquoi es qu’elle chercherait à le comprendre, il allait juste se faire butter. Eris ne comprit pas vraiment se qu’il voulait dire avec un rendez vous avec eux même, mais quand elle sentit le nen se déployer, elle eu deux certitudes, le mec sur le toit était bien le connard qu’elle pensait et la seconde qu’elle n’allait pas aimer se qui allait suivre.
 
Elle était mal… Cette angoisse la prenait aux tripes. Elle posa sa main sur son ventre, se répétant mentalement des non. Elle avança dans le noir…. Des sons étouffer lui venait de si loin. Se dirigeant dans le noir aux sons des voix, elle craignait se qu’elle allait voir, au font d’elle, elle le savait, mais tout son être se refusait d’y croire. Plus elle avançait plus les sons était fort, mais elle ne comprenait toujours pas ce qu’elles disaient, elle savait juste qu’une voix plus faible criait et se débattait.

« Pas toi… Pas encore… »

Alors que tout semblait loin, elle se retrouva face à lui… Celui qu’elle avait oublié, qu’elle c’était forcé d’oublier. Lui est sa face de monstre et comme-ci que la peur ne rendait pas la chose déjà horrible, elle se sentit figé sur place, incapable de bouger, n’y même de hurler. Aucun son ne sortait de sa gorge. Elle ne pouvait plus qu’être spectatrice de sa descente aux enfers.
 
Attention au âme sensible, je ne dis pas que j'écris tellement bien cette scène qu'elle en devient horrible, mais c'est un moment qui peut être assez dérangent.
[color=#000000]Spoiler[/color] :

Elle le voyait tel qu’il était un monstre, juste au-dessous de lui la jeune fille sur le dos cherchait à se débattre, voulant  le repousser de ses petites forces. Ses larmes déchiraient le cœur d’Eris. Elle  s’évertuait de toute ses forces à bouger. Elle n'avait qu'une envie bouger, faire saigner cette immonde créature dégoulinante et haletante, mais aucun de ses muscles ne répondait à son appel. Quand la main percuta de plein fouet le visage de la jeune fille, c’était comme si il avait frapper Eris elle même. Cette douleur, baigné dans des larmes, la fit serrer des dents. La brune chercha à crier, mais rien ne sortit.frustré, elle essaya à plusieurs reprise, rien absolument rien. « Laisse là, Laisse là, Laisse là, Laisse là ENFOIRER » ses mots se perdaient dans sa gorge sans jamais sortir.  Alors qu'elle se battait à l’intérieur de son propre corps inerte l’enfant, elle criait à l’aide, appelait sa mère qui ne venait pas et ses pleures se perdaient dans le silence de la salle et les râles de la bête.  Plus la petite se débattait plus, elle se prenait des coups et Eris ressentait la moindre de ses douleurs, le moindre de ses caresses aussi douce qu'une brûlure, aussi tendre que lorsqu'on rappe la peau, ses baisé avait le gout de la pourriture et électrocutait la moindre partiel de peau ou ils se posaient. Elle ressentait tout sans pouvoir s’exprimer, elle avait envie de vomir, te le tuer, de se recroqueviller dans un coin, d'hurler, de le faire souffrir de tous les faire souffrir. Elle resta statique à regarder la scène devant elle, tout son être était sali, elle haïssait cette faiblesse, celle de ne pas pouvoir se défendre, de devoir toujours subir. 


Reput de sa viande fraîche, le monstre ria et regarda en direction d’Eris, se regard qu’elle avait imaginé sans sentiment, était terriblement humain, elle baissa la tête comme perdu. Il aurait pu réussir, la perdre totalement dans sa frustration infantile, mais cette haine, cette rage qu’elle accumulait depuis bien longtemps, sortit comme une explosion. Son nen se projeta part la même occasion, brûlant ses liens qui bloquait ses muscles et surtout sa gorge, un rire emplie la salle, noyant les gémissements plaintifs et le rire de la bête. Eris releva la tête dans un sourire moqueur et s’avança plus que menaçante, une marionnette apparu alors dans son dos, penchant sa tête et attachant la créature de ses cheveux si proche de l’écarteler.


« Je me suis toujours dit que tu étais monstre, mais tu n’es qu’un humain. Je ne sais pas encore qui tu es, mais je compte bien te trouver et là, là, que tout se qui peut te protéger te viennent en aide, car ta douleur sera infinie. Je te réparerais tous les os que je casserais, toutes les plaies que tu subiras je te les soignerais avec tout l’amour de ma haine, tu dégusteras les pires atrocités que l’homme à crée. Oh tu crieras, tu pleureras, tu me supplieras d’en finir avec toi, mais as-tu eu une once de pitié se jour là… Non rien j’aurais autant d’humanité que toi. – Elle posa ses doigts sur la joue du monstre, lui caressant presque avant d’enfoncer ses ongles jusqu’à le faire saigner. - Tu vois même les bêtes saignent. -elle s’éloigna exagèrent le mouvement de ses cheveux. – Mais tu n’es que l’ombre de cette personne, un résidu dans mon esprit. Tu ne vaux absolument rien. »


Après ses mots, elle claqua des doigts, la marionnette répondit à l’ordre instantanément, pas le moindre sentiment ne marqua la face raccommodée alors que les membres de la créature s’étiraient lentement sous les craquements, les hurlements de douleurs et finalement les déchirements de la chair, qui finirent par se désolidariser du tronc, tombant lamentablement sur le sol, laissant le sang se répandre sur le sol. Sur le lit, les draps tachés de sang, avait perdu son occupante comme volatilisé dans l’air. Traversant se qui semblait être un couloir la tête haute, la brune marchait son cœur encore perdu entre la peur et la rage.
 
Elle n’avait pas sentit qu’on l’avait emmener ailleurs et son réveille fut plus difficile, ses muscles semblaient tellement tendu, qu’elle en avait des crampes. Elle observa autour d'elle, il y avait les autres de la place et devant elle un homme avec une télévision sur la tête. Elle lâcha un petit rire en le voyant. 
Revenir en haut Aller en bas
Naku Owiga
Messages : 102
Date d'inscription : 30/10/2017
Localisation : York Shin
Mer 24 Avr - 12:54
Event
Welcome to the Party


Mon esprit est quelque peu confus, tant et si bien que pendant un instant je ne comprends pas vraiment ce qui se passe. Quand je reprends mes esprits, je vois le gorille mort, étendu sur le sol... La scène est choquante, mais j'étais encore bien loin de ce qui m'attendait.
Johnson me préviens que Gri va désactiver le dôme et que de ce fait, nous allons récupérer nos nens. J'ai bien envie de préciser qu'il va récupérer SON nen, mais je m'abstiens. Ce n'est pas le moment pour ce genre de chose, je suis trop préoccupé et je ne veux pas qu'il me voit comme une petite chose fragile parce que je n'ai pas de pouvoirs surnaturels.

C'est alors que nous réalisons presque au même moment qu'il manque un des deux gorilles. Mes pensées vont de suite vers le groupe de jeunes et nous nous précipitons à leur recherche. Mais quand nous arrivons, là, c'est le choc... Le sang... Partout du sang. Le verre brisé, les cadavres, plus de sang, toujours plus de sang.... Et cette étrange lumière verte du panneau de sortie de secours qui ne fait que rendre la scène encore plus dramatique... Je sens quelque chose se briser en moi... Ces jeunes sont morts et j'aurai peut-être pu empêcher ça... Je... Mon esprit se voile... Je m'enferme en moi-même, mon corps réagissant par automatisme...
Je ne fais même pas attention au fait que Johnson soit deux personnes à présent... Après un instant, je comprends qu'un jeune est encore en vie et les deux Jonhson le dégage de sous le cadavre. Par réflexe j'aide à porter le jeune jusqu'à la sortie du bâtiment.

Je suis livide, mon regard éteint, des tâches d'un sang qui n'est pas le mien sur mes vêtements... Mon compagnon me parle et il me faut plusieurs secondes pour comprendre ce qu'il me dit. D'une voix monocorde et sans la moindre émotion, je finis par répondre :

Je... Oui.

Il propose ensuite de rejoindre Gri et je le suis machinalement. Nous finissons par arriver sur la place centrale. Il y a du monde, mais je ne vois personne, tous ne sont que des silhouettes.
Là, l'instigateur de ce massacre finit par se montrer... Un homme à la tête de télévision du nom de Théodule... Mais je ne l'écoute pas vraiment, trop choqué pour le moment.
D'un coup, je me sens fatigué, mes yeux refusent de rester ouverts plus longtemps et pour finir le noir complet.


Le Cauchemar:


Le bruit assourdissant de la musique techno me réveille. L'ambiance sombre et les rares lumières colorées me laissent entrevoir un bar, les gens autour de moi tous en train de danser, s'embrasser, voir même plus. Il ne fait aucun doute que je suis à la Lune Noire, la boîte la plus décadente et donc la plus prisée de tout York-Shin. Une magnifique hôtesse en tenue légère m'approche alors, plaçant un grand verre de whisky dans ma main et m’attrapant l'autre en me disant que mon salon privé est prêt. Je la suis sans trop savoir pourquoi jusqu'à l'une des nombreuses petites alcôves. Une fois le rideau ouvert, je vois sur les canapés plusieurs jeunes femme absolument charmantes, toutes plus séduisantes les une que les autres, la table centrale est couverte de bouteilles de qualités et d'un peu toutes les drogues dont j'aurai pu rêver... Sans m'en rendre compte, je me retrouve assis au milieu de toutes les demoiselles, elles me caressent le torse, mais je ne me sens pas à ma place. J'essaie de poser le verre que j'ai dans la main, mais aussitôt un autre whisky apparaît pour la remplir. La douce odeur de l'alcool et de la cocaïne me chatouille les narines, mais j'essaie de résister...

Aller, juste un peu... Ça ne va pas te faire de mal... Les crises vont disparaître... Aller profite, c'est tellement bon...

Voilà ce que me répètent encore et encore les hôtesses. Sans m'en rendre compte, je commence à me pencher vers la table et la montagne de poudre blanche qui y trône, mais au dernier moment, j'arrive à tourner la tête pour ne pas plonger mon nez dedans... Je me sens tellement mal, j'ai tellement envie d'en reprendre, juste un peu... Mais non ! Il ne faut pas ! Je ne peux pas me faire ça... Je ne peux pas faire ça à Griselda ! Je... Je sens une crise commencer à monter, non pas une crise d'inhibition latente, mais une crise de manque... Je... Je tremble, ma bouche complètement desséchée... Non, je ne peux pas laisser l'addiction prendre le contrôle !

D'un mouvement brusque je renverse tout ce qui est sur la table... Je me sens tellement mal, j'ai envie de me précipiter au sol pour sniffer ce qui est tombé sur le tapis... Je réunis toutes mes forces et je commence à me frapper la tête contre la table en verre... Un coup, deux coups... La table commence à se fissurer et mon front à saigner. Je sens la douce chaleur du liquide rougeâtre qui s'écoule de mon crâne, pour recouvrir mes yeux, mon nez, ma bouche. Le goût métallique s'empare de mes sens, mes yeux clos à cause du sang semblant s'écouler sans fin. Malgré tout, je continue toujours plus fort, je me fracasse le crâne contre la table jusqu'à ce que cette dernière se brise. À ce moment là, dans un bruit de verre brisé assourdissant, c'est tout le monde autour de moi qui se fissure et finit par éclater comme de la porcelaine...


Je me réveille alors transpirant, le souffle court... Il me faut un instant pour remettre mes idées au clair... Je réalise alors que cette dernière scène n'était qu'un cauchemar... Je ne reconnais pas l'endroit où je suis... Enfin où nous sommes, puisqu'il s’embrelait que nous ayons tous été déplacés.
L'homme derrière cette histoire est là, immobile, je sens un mélange de colère et de peur m'envahir...



Revenir en haut Aller en bas
Griselda DeWynfell
Lost Hunter Créancière Fan N°1 de Phinks
Griselda DeWynfell
Messages : 303
Date d'inscription : 03/05/2016
Age : 22
Sam 18 Mai - 12:18
Welcome to the party !


Quand la jeune femme brune aux yeux verts lui indiqua qu’elle et sa camarade tristement connue avait eu de la chance de ne tomber que sur des loups, Griselda haussa doucement les épaules. Elle n’avait pas vraiment d’avis sur ce genre de question. Là n’était pas une question de chance, les choses étaient minutieusement programmées et c’était une évidence pour la hunter, mais elle garda cette réflexion pour elle. Trop occupée à se concentrer sur la douleur qui tambourinait dans son ventre.  
C’est sûrement pour cela qu’elle ne vit pas vraiment arrivé la Azarov qui lui souleva son haut pour regarder sa plaie. Dans un réflexe relevant de l’instinct pur, elle retira la main de la femme et replaça le haut. Il ne fallait pas que les gens puissent voir son tatouage, elle avait passé trop de temps à le cacher pour que cela soit révélé stupidement. 
La fille de la Lune Noire s’approcha de Griselda tout en lui disant qu’elle devait faire des points de sutures ce qui ne provoqua que le retrait de la jeune femme. Elle recula de quelques pas avant de céder sous l’insistance de la femme. Elle devait se rendre à l’évidence, sa plaie n’était pas belle et avoir une médecin sous la main était une véritable aubaine. Dans un soupir digne d’une enfant, Griselda retira le haut et laissa Eris faire son travail. La lost-hunter enregistra toutes les émotions qui passaient sur le visage de sa médecin et… Elle ne remarqua qu’une forme de mépris. Et la De Wynfell en fut rassurée, cela la dérangeait qu’on puisse la prendre pour le genre de beauf qui se fait tatouer une araignée géante pour faire la dure, mais elle préférait cela plutôt qu’on découvre son appartenance à l’un des groupes composés des pires merdes de l’humanité. 
Quand Eris lui donna un truc à serrer entre ses dents, Griselda l’accepta d’autant plus que sa blessure avait eu le temps de refroidir et que cela ne risquait pas d’être une partie de plaisir de se faire recoudre à vif. A chaque point fait par la Azarov, une violente douleur la prenait aux tripes. De grosses gouttes de sueurs coulaient le long de son front et elle serra le plus qu’elle le pouvait le morceau de tissu qu’elle avait entre les dents.
Quand son calvaire fut terminé, elle avait l’impression que cela faisait des heures qu’elle était en train de se faire charcuter le ventre. Elle retira ce qu’elle avait dans la bouche, s’essuya le front avec et accorda un sourire sans joie à Eris.


-Tant pis pour le tatouage et merci.

Elle avait la nausée et avait chaud, la douleur fulgurante lui avait aussi provoqué un mal de crâne assez puissant. Mais cela ne l’empêcha pas de se retourner d’un bloc quand elle reconnut les bruits de pas qui arrivèrent vers elle. Griselda tenta de retrouver une contenance et d’afficher un sourire aussi rassurant que possible à Naku et Johnson mais ce dernier s’effaça bien vite devant la tête de son amant. La jeune hunter adressa un regard perplexe et inquiet à Johnson mais n’eut pas le temps de faire plus.

Sans avoir le temps de prononcer le moindre mot, une voix criarde et les regards de ses alliés attirèrent ses yeux vers la personne qui venait d’apparaitre. Elle enregistra le moindre détail sur ce type, elle voulait se souvenir de tout. Puis la fatigue la pris soudainement, elle tenta de résister et son dernier regard fut pour Naku. Puis elle sombra dans les abysses du sommeil.
Elle se réveilla en sursaut, en sueur et prête à faire face et à combattre. Ses yeux de glace se posèrent partout, à la recherche d’un indice sur le lieu où elle trouvait. Mais elle ne retrouvait rien et sa mémoire semblait vide.

Spoiler:

Soudain elle entendit des cris, et elle vit l’horreur. La vraie, celle avec un grand « H ». Les gens tombaient comme des mouches sur des champs de batailles, le sol ne pouvant même plus absorber le sang qui dégorgeait des cadavres. Des enfants mutilés, des hommes et des femmes qui rampant vers elle en lui demandant à l’aide et elle ne pouvait rien faire. Elle était incapable de bouger où d’agir et son maudit cerveau qui enregistrait tout. Elle retenait les odeurs des cadavres calcinés, du souffre, de la merde et du sang mélangé. Elle retenait le contact des corps mous, des morceaux de chairs brûlées, des griffes des survivants la suppliant de l’aider sur sa peau. Elle retenait les cris d’agonies, le bruit des bombes et des coups de feu, le bruit sourd d’un corps qui tombe et des os qui craquent sous les coups. Elle sentait le gout de la mort et du sang dans sa bouche, elle avait l’impression que les cendres des cadavres rentraient dans sa bouche et ne partirait plus jamais. Et ses yeux gardaient toutes les images de violence et de mort qu’elle voyait. Et elle était au milieu de tout cela. Ensevelit sous des tonnes de cadavres. Elle ne pouvait pas s’en échapper. Elle avait beau se débattre et essayer de s’enfuir, la marée de morts toujours plus nombreux lui écrasait les membres et compressaient ses poumons. Elle tentait de bouger afin de pouvoir prendre un peu d’air, mais le peu d’air qu’elle réussissait à attraper était vicié par la mort et la violence des humains. Des lourdes larmes coulaient sur son visage. Et elle appelait à l’aide. Elle suppliait qu’on lui vienne en aide mais ses cris se dispersaient et se confondaient dans les râles d’agonies. Elle suppliait que ses parents viennent la chercher, elle n’avait rien voulue de tout cela. Elle voulait que Naku vienne la sauver de tous cela. Mais personne ne vint.

Une ombre se distingua alors parmi la masse grouillante et pestilentielle. Alors que Griselda était en train de sombrer dans les cadavres, une main se tendit vers elle et elle la saisi sans hésiter une seule seconde. Avec une puissance immense, presque divine, l’ombre sortie Griselda de son calvaire et elle tomba nez à nez avec elle-même. Il s’agissait d’une version qui semblait avoir vécue plus de chose qu’elle et aucun sourire ne venait égayer son visage. Elle avait du sang partout sur elle et elle surplombait une pile de cadavre en s’en servant comme d’un marchepied. Elle n’avait pas l’air de s’émouvoir de marcher sur ces gens. Puis elle fit un pas vers Griselda et se fondit en elle. Et la jeune femme pris une grande bouffée d’air.


Elle se réveilla en sursaut en respirant à grandes bouffées. Tout lui avait semblé si vrai. Elle était en sueurs et ne savait pas où elle était. Aux aguets elle se redressa d’un bloc et ne fit pas attention aux gens autour d’elle. La hunter se contenta de regard rapidement la salle, enregistrant de manière mécanique chaque minuscules parcelles de la pièce. Son regard bleu s’arrêta soudain sur Théodule, comme une bête blessée qui venait de réaliser qui était le chasseur qui lui avait tiré dessus. Elle voulut prononcer quelques mots, mais aucun son ne sorti de sa bouche. Griselda avait la gorge sèche et sentait encore le gout de sang et de cendre dans sa bouche. Elle se contenta alors de regarder froidement et avec une haine renouvelée l’homme avec la télé sur la tête. Elle ne savait pas quel était se ressentit qui parcourait ses veines et elle s’en moquait, elle aurait tout le temps de se poser des questions durant ses longues nuits pleines de remords et de craintes. 

(C) Galimybé - Mini BN

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
WELCOME TO THE PARTY !  - Page 2 Signa_10
Spoiler:
WELCOME TO THE PARTY !  - Page 2 229678giphy4

Spoiler:
WELCOME TO THE PARTY !  - Page 2 9k10
Revenir en haut Aller en bas
Johnson Dietrich
Messages : 42
Date d'inscription : 03/04/2017
Ven 24 Mai - 21:30
ft.
Welcome to the party
Au moins il suivait, Johnson le regardait de temps en temps, mais il fallait avant tout trouver un moyen de sauver le jeune homme. Les deux ont put le laisser à quelques personnes qui soignait avant de rejoindre Griselda. Le brun n’était pas dupe sur l’état mental du jeune à lunette, mais il n’avait pas le choix, personne ne l’avait en ce moment. Quand il arriva à hauteur de Griselda, il vit qu’elle n’allait pas bien, même si elle cherchait à montrer le contraire, il aurait bien agi pour lui dire quelques choses, s’inquiété, mais il en aurait tout le temps par la suite. Là il fallait trouver l’auteur de cette folie et l’empêcher de nuire encore plus.


Il ne fit pas attention aux deux autres personnes avec Griselda tout ce qui comptait était de partir à la chasse. Le hunter fit à peine deux pas, qu’une voix sortit des haut parleurs. Une voix criarde et une silhouette, il était là. A ce moment-là, Johnson calcula la distance entre eux, les points les plus important à mettre en place pour l’atteindre et le mettre hors d’état de nuire. Il se sentit un peu fébrile, mais il avança lentement vers l’homme à la face de télévision. Un… deux… Deux pas avant que le corps du brun ne s’écroule sur le sol dans un sommeil qu’il n’avait pas prévue.


Spoiler:

Quand il se releva, il avait la bouche sèche… l’impression qu’un camion l’avait percuté de plein fouet… il frotta son visage pour se remettre les idées au clair, mais à peine posé sur son visage, il la retira tout de suite. Elle semblait visqueuse, gluante… Et la comme-ci il retrouvait ses sens, il eu l’odeur… cette odeur de fer, si particulière, le même gout dans sa bouche. Lorsqu’il posa sa main sur le côté de son corps il y en avait encore… D’un rouge sombre et profond. Le Hunter se releva, Es qu’il était à lui tout ? Il toucha ses membres rien… son torse non plus… pourtant quand il se releva sur ses pieds, cela lui cachait presque tout le pied.

Son regard se posa mélancoliquement sur les murs, ses vieux murs couverts d’éclats tel un ciel étoilé. Instinctivement il posa sa main sur ce mur et avança la laissant courir lentement, marquant les tableaux sur son passage. Des visages qui lui était plus ou moins inconnu il ne savait pas, il ne savait plus. Tout son esprit était embrumé, il avait juste de la colère, une sombre et froide colère en lui. Cette haine si douce et particulière, comme une vieille compagne qui revenait si souvent le voir. Lui murmurant des mots si doux.

« ils n’en vaut pas la peine »

« qu’es que tu attends »

« Il ne mérite pas d’être ici »

« Il faut le venger »

« il faut les venger »

« L’humanité n’est qu’un déchet, elle ruine ce qu’il y a de plus précieux »

« regarde-les se vautré dans leurs vanités, la luxure, leurs idiotie »

La rengaine tournait en boucle… Toujours, encore, encore. Plus il avançait plus, il entendait toute ses voix, toute ses victimes que le monde avait oubliées, qui avait subi les pires atrocités car on n’avait pas arrêté assez tôt les déchets, car on avait donner trop de pouvoir à d’autre, le droit de vie et de mort…. Il avançait encore et toujours, son sourire se figea, comme une grimace menaçante et terrifiante. Elle ne portait aucune émotion juste de l’horreur.

« Regarde ce qu’ils t’obligent à faire ? Tu deviens un monstre pour eux. »

« Regarde-toi couvert de ce qui les fait vivre. »

L’homme tourna dans après un croisement, une ombre apparue enfin au loin. Johnson s’arrêta net, un long silence se propagea. Es que l’ombre l’avait vu ? Non elle serait partie. C’est à pas feutré qu’il s’approcha. L’ombre était petite, plus petite que lui. Il glissa son bras autour du cou, elle se débâtit en vain, la prise et la force du brun était bien trop puissante pour lui. Petite à petit la vie s’échappa dans, lentement et il lâcha le corps qui tomba sur le sol dans un bruit d’eau. Il ne voyait plus que comme dans une nappe de brouillard épais, mais une voix lui parvient comme venant de nulle part. Une voix fluette qui appelait son père.

Son corps entier se crispa et il baissa lentement les yeux vers le sol, une vague de panique l’envahis et des larmes naquit… au sol… elle s’étendait … ses cheveux noirs d’habitude devenait un peu plus rougis. Ses joues aussi se colorait alors que son visage était si blanc. Il aurait hurlé en voyant cela, mais rien ne sortit et ses jambes semblables à du coton, s’évanouirent sous lui. Tombant au sol, il prit le corps entre ses bras. Ce n’était qu’une enfant, juste une enfant … et il l’avait tuer.  .. Non elle n’était pas qu’une enfant… Elle était son enfant…. Il blotti le corps contre lui pleurant en silence et quand il regarda un peu plus loin, ses yeux s’écarquillaient… Ils étaient tous là tous les morts qu’il avait créés, tout ceux qu’il avait empêché de nuire, menacé, ceux à qui il tenait … Tous étendu sur le sol, dans des morts plus violentes les unes que les autres. Il voyait, il voyait tout ce qu’il avait fait pour leur ôter la vie… et se sentiment … de puissance… de toute puissance cette envie de continuer… Pour faire se qui est juste… lui savait ce qui était bien pour le monde pas eux…. Juste lui…Non…. Non se n’est pas lui… se n’est plus lui… il ne voit pas les choses comme cela. Des’ n’était pas morte de ses mains, n’y Gris, n’y Natalia et encore moins ses deux anges Elisabeth et Eve… Il ne tuait pas… Il ne tuait pas…. Il n’était pas comme ces fous…. Il se redressa luttant contre sa haine … contre sa colère … Une fois debout il regarda la montagne de mort et avança ….

« Je ne suis pas un dieu de la mort… Que la lune m’en soit témoin je ne tue plus. »

 
Il y eu comme un vide à un moment. Sa respiration c’était couper et d’un coup il prit une grande inspiration ouvrant ses yeux. Il était en sueur et il regarda autour de lui, du moins jusqu’à ce qu’il les pose sur l’homme en face, une froide colère s’abattit sur lui et il ne le quitta pas des yeux.

 
Revenir en haut Aller en bas
Hanaki Fujiwara
Messages : 15
Date d'inscription : 11/01/2018
Age : 21
Localisation : Tokyo
Dim 7 Juil - 18:52
WELCOME TO THE PARTY

Le contenu du cauchemar de Hanaki Fujiwara en spoiler peut choquer les âmes sensibles.

Spoiler:

Je vois une fillette au milieu d'une pièce sombre. Elle est si petite. Elle ne comprend pas ce qu'elle regarde en face d'elle. J'analyse les lieux quand mes yeux se sont habitués à l'obscurité. On est dans une grande salle avec un bar et un grand sofa. Un ameublement moderne typique de Tokyo en fait ? Les stores sont ouverts et donnent une vue sur la pollution lumineuse de la ville. Ça m'arrange pour comprendre la situation. Je l'entend parler avec un adulte assez potelé, certainement son père.

"Dis papa, elle fait quoi maman ? Elle n'a pas l'air contente.

- Elle se fait punir pour ne pas avoir fait son travail correctement. Toi aussi tu sera punie ainsi quand tu sera grande si tu ne m'écoute pas."

La femme en question hurle. Elle a droit à des fessées, des claques et autre agression sexuelles. Cette femme se fait violer par les amis de son homme, sous ses yeux ! Elle doit souffrir.

La fillette pleure parce qu'elle sait que sa maman a mal. Elle crie qu'il faut arrêter ça. Elle voit l'horreur sous ses yeux. Sa mère se fait limite étouffer par les parties génitales d'un des hommes. Nan en fait elle se fait vraiment étouffer. Il fait couler sa joie ? C'est horrible. La fillette hurle mais se fait taper par son père.

Il y a eu un flash et la fillette se retrouve dans un hôpital. Sa grand mère était là, inquiète. Sa grand mère lui raconte que sa mère est morte d'un accident, et que son père est en prison. Bien sûr c'est faux, parce qu'il est parti pour une autre contrée d'après ce qui est écrit dans un journal sur une table. La fillette ne savait pas encore lire donc elle a cru sa grand mère. Elle a pleuré.

Mais attends... Je la reconnais cette personne âgée... C'est ma grand-mère. Ça veut dire que la fillette c'est moi et l'homme au cigare mon père ? Donc ma mère n'a pas été tuée dans un accident de la route. Elle a été tuée étouffée par des sauvages qui voulaient juste assouvir leurs fantasmes sexuels, sous mes yeux, et mon père n'a rien fait pour la sauver. J'entends une voix surgir de derrière moi. Une voix rauque et grave.

"Elle est de retour,
Sa majesté la Hyène,
À bas la Reine."

Je me retourne et je vois l'homme. Un homme gras en costard, au visage carré, vraiment grand.

"Retiens bien ça, ma fille. Je compte sur toi."

Si je me souviens bien, mon père s'appelle Leonardo di Pizzicata. De son vrai nom Shintaro Fujiwara. Un parrain d'une mafia. S'il est encore en vie, où est-il ?

Je me suis réveillée doucement. Ce rêve était vraiment bizarre. Il faut que je questionne mamie lorsque je serai rentrée. Ce que j'ai vu m'a paru si familier. Est-ce possible que des rêves montrent des souvenirs ? C'est étrange tout de même. Pourquoi me suis-je endormie ? Que s'est-il passé avant ? C'est flou dans ma tête. Alors... On se faisait poursuivre par des hyènes, et comme les adultes ne m'écoutaient pas j'ai réussi tant bien que mal à aller sur la place centrale, puis plus rien. Je crois que je me suis endormie à ce moment là. Un peu trop fatiguée ? Non, je crois qu'on nous a mis un anesthésiant par gaz.


Où suis-je maintenant en fait ? Il y a des personnes que je ne connais pas. En regardant attentivement les visages je vois... Un homme avec une tête de télévision ? Je crois que j'ai fais une tête chelou parce que je ne sais pas si c'est une hallucination ou si c'est vrai. Je me suis frotté les yeux et je me suis pincée mais il est toujours là. Il est réel ! Je ne comprend pas. Il a voulu imiter les lapins crétins sans succès, je ne vois pas d'autre explication. Théodule son nom ? OK... Je suis encore sonnée mais j'arrive à parler un peu.

"Bonjour, monsieur au costume ridicule. Puis-je savoir pourquoi sommes-nous tous dans cette petite salle, telles des poules en cage ?"

Vivement qu'on sorte de ce parc d'attraction stupide. Vivement... C'est la seule pensée qui me viens en tête. Sortir de cet endroit le plus rapidement possible.
Revenir en haut Aller en bas
Yunaleska Zoldik
Fondatrice
Mercenaire
Kuroneko no Ansatsu
Yunaleska Zoldik
Messages : 199
Date d'inscription : 02/07/2015
Age : 20
Localisation : Nyah! :3
Mer 10 Juil - 16:45

Y
u
n
a
&
T
a
k
u





Welcome to the party!!!


J'ouvris mes yeux, je vis un visage que je connaissait trop... Ce n’était pas celui que j'aime, mais l'homme qui me répugne... Malheureusement, il sagit de mon "époux". Son sourire narquois mélanger à de la perversion me donnais des sueurs froides... J'essayais de me mouvoir, mais j’étais attacher plutôt solidement, de plus, nous sommes en hélico, donc impossible pour moi de fuir même si je réussit a me détacher... L'homme me redressa, me donnant une petite claque pour m'humilier ou m'intimider. Il m’attrape le menton tout en compressant mes joues, je gardais mes sourcils froncés, aucunement intimidée par lui.

Yami: Enfin réveillée... Tu n'as pas chercher ton futur époux apparemment... Tu t'es bien amusée on dirait, après la mésaventure avec ton frère, je t'ai aperçu avec un homme. Comment s'appelle t'il déjà...? Ah oui!... Kurapika!

A ce nom, mon sang ne fit qu'un tour... Je me débattais encore plus, serrant le bâillon entre mes dents tout en le fusillant du regard. C'est vrai qu'il connait son nom... Mais nous aurait t'il vu quand nous avions rencontrer la petite Zoldik?... Et pourquoi il ne serais pas venu vers nous...? Trop de question se posaient alors qu'il plantais ses ongle dans ma peau... Cela me fit légèrement mal.

Yami: Pour ça, tu va être punie... N'oublie pas que tu es MA chose...

Ces ricannement m'inssuporte au plus haut point, il me relâcha d'une façon plutôt violente mais je préfère encore ça au lieu qu'il me touche... Yami se dirigea alors vers le pilote de l'helico, je senti alors ce dernier descendre... L'endroit où nous allions semblait être un climat plutôt... Aride... Un désert? Mes pensées arrêtèrent de tourner quand Yami me souleva et me lança dans le sable brulant...

Yami: Cela t'apprendra a jouer les aguicheuse devant ce Kurapika! La prochaine fois, tu saura que tu es a moi... Enfin... Si il y a une prochaine fois!

Il se mit a rire a gorge déployer, l'hélicoptère s'envolant sans me prendre... Je sentais mes liens se desserrer mais mes poignets étaient pas mal ensanglanté due au frictions avec les cordes. Cela faisait a peu près deux minutes qu'ils étaient partis et je devais faire vite pour me détacher... Le soleil cogne assez fort en cette période de la journée...

Je réussis enfin a me détacher, mon premier réflexe est de regarder mon téléphone... Mais surprise, je ne l'ai plus... Il a fouiller mes poches pour le prendre cet enfoiré... M'enfin, ma seule chance de survit maintenant est d'avancer sans savoir où aller. Après une heure de marche, j'avais enlever mon haut pour simuler un chapeau afin de me protéger d'une insolation. Je me sentais de plus en plus faible... Il dois faire au moins 55 degrés avec ce soleil de plombs... La deuxième heure de marche fut légèrement pire que la première, toujours rien en vu a part les dunes de sables. J'haletais un peu tout en marchant droit devant moi... Troisième heure, il doit surement être midi... J'ai un peu faim mais j'essayais de ne penser a rien... Quatrième heure, la fatigue se faisais de plus en plus intense, je peinais a marcher et a garder les yeux ouvert... Suite a cela, de la cinquième a la sixième heure furent les pires des tortures... Tout mon corps me brulais, la marche me faisait l'effet de piétiner sur des aiguilles et ma vue était vraiment trouble... Vais-je mourir...? Alors que mon corps chancelait et tombait vers le sol, je repensais a mes amis, surtout a Shogun qui m'a enormément aider jusque là... Takumo et Jakob, mes frères, même si on ne s'entend pas vraiment bien, et surtout, Kurapika... Pardonnez moi... Je n'arriverais pas a survivre cette fois ci...


Je me réveilla en sursaut, mon frère étant a mes coté en train de me regarder avec inquiétude... Quand je me redressa, il me serra d'un coup et fortement dans ses bras... Je lui rendis son étreinte, faiblissant de nouveau, mes larmes dévalant sur mes joues... Je ne pouvais pas passez une seconde sans avoir peur ces temps ci... Et le fait d'avoir peur de perdre un proche de mon entourage n'arrangeait rien. J'enfouis ma tête dans son cou pour que personne ne me vois mais je pense que c'est trop tard vu que je pense être la dernière a m'être réveillée...


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
WELCOME TO THE PARTY !  - Page 2 Yunayu10

Spoiler:
WELCOME TO THE PARTY !  - Page 2 Twin11WELCOME TO THE PARTY !  - Page 2 Pokemon-gif-haters
Revenir en haut Aller en bas
The Riddler
Messages : 41
Date d'inscription : 13/06/2016
Mer 10 Juil - 18:53


WELCOME TO THE PARTY


Théodule regardait avec un grand intérêt les personnes allongées sur le sol. Ils les voyaient bouger durant leurs sommeils. Sûrement la panique dû aux cauchemars ou peut-être qu’ils étaient en train de se réveiller. Son calme apparent était assez impressionnant, surtout en considérant que les gens allongés au sol allaient sûrement vouloir le tuer dès qu’ils ouvriraient les yeux. Il n’avait pas peur de voir les gens quitter le monde de Morphée, il s’avait ce que le futur lui réservait, il le connaissait par cœur, comme si c’était un vieil ami. 
L’homme à la tête de télé regardait un peu partout autour de lui. On aurait dit qu’il cherchait quelque chose à faire ou une chose à observer. En vérité, même lui ne savait pas vraiment ce qu’il voulait faire. Il lui avait dit d’attendre et il se devait donc d’attendre pour ne pas le décevoir. Ainsi il prit son mal en patience et se contenta d’être calme et serein jusqu’au réveil de ses invités
Soudain, ils commencèrent à bouger. Il se redressa un peu sur sa chaise et se racla la gorge. Théodule devait faire bonne impression et il devait dire son discours sans se tromper. D’un mouvement qui n’était pas naturel pour lui, il remit en place sa veste et croisa ses jambes.
Les gens se relevèrent un à un. Ils avaient tous un air assez agressif ou au moins apeurés et l’homme trouva cela assez intéressant : il n’était jamais resté assez longtemps avec ses victimes pour les voir se réveiller et elles avaient toutes l’air prête à en découdre avec lui. 

La plus jeune, une gamine en somme, lui dit une remarque sur son apparence. Il pencha la tête vers le bas de son corps, comme pour s’examiner puis reposa son regard sur la gamine. Il ne comprenait pas bien sa remarque, surtout qu’elle-même était habillée de manière ridicule, surtout pour un parc d’attraction. Il  haussa les épaules sans prendre la peine de lui répondre : c’était clairement une gamine en d’attention qui disait des bêtises aussi grosse qu’elle. De plus, il était quasiment sûr que cette enfant ne pouvait rien comprendre et de toute manière, on ne lui avait pas dit de faire cela. Il ne lui avait pas dit de répondre aux questions de ses invités, donc il n’en ferait rien. 

Après cela et dans un mouvement assez théâtral, il se leva de sa chaise et fit précisément deux pas afin d’être assez proche des gens mais avec une possibilité de voir arriver n’importe quelle attaque. Un sourire mauvais se dessina sous son couvre-chef et il prit la parole. Sans la modification de sa voix due aux haut-parleurs, il avait une voix encore plus criarde :



-J’espère que vous êtes bien réveillez. Excusez-moi de vous avoir fait subir cela mais j’ai des directives très précises. –Il commença à se triturer les mains en se tordant les doigts dans tous les sens- Maintenant que vous êtes là je vais vous soumettre une offre très simple.

Il se recula de quelques pas, en gardant ses invités en ligne de mire, et il tapa un code sur un clavier sans même regarder l’écran.

-Dans cet ordinateur se trouve tous les enregistrements des caméras du parc. Comme vous le savez, il s’est passé beaucoup de chose aujourd’hui et ces petites merveilles ont gardé absolument toutes vos actions. –Il s’éloigna de l’écran et se remis à la place où il était tout à l’heure- Je vous propose donc quelque chose : soit vous gardez les enregistrements et ils seront envoyés directement aux forces de l’ordre et aux journalistes, soit vous les supprimer et personne n’aura jamais accès à ces images. Vous n’avez qu’à lever la main si vous voulez garder la vidéo et le vote se fera à la majorité, il y a une caméra qui détecte vos mouvements. Vous avez précisément deux minutes pour vous décider. Je vous souhaite donc une bonne fin de journée et tachez de prendre la bonne décision. Dans mon cas je pense prendre un peu de repos, il ne veut pas que je me fatigue pour rien.

C’est dans un calme olympien que Théodule appuya sur une télécommande et le volet des nombreuses fenêtres de la salle s’ouvrirent dans un concerto de grincement. Il retira doucement la télévision qu’il avait sur la tête. Dévoilant un visage maigre à en faire peur. Il était long et tout anguleux, ses cheveux étaient longs et d’un roux délavé, il n’avait pas de sourcil et ses yeux, rentrés dans leurs orbites, étaient tellement bleus qu’ils semblaient être blancs. Et puis, il lâcha un hurlement horrible et la peau de son visage se mit à brûler. Malgré cela, il retira rapidement sa veste, dévoilant un corps tout aussi maigre que son visage et il prit littéralement feu. 

Avant que les gens ne puissent réagir et le rejoindre, il fonça à vers la fenêtre et passa au travers. Théodule s’écrasa alors au sol, étant tombé d’un bâtiment haut de cinq étages, un craquement horrible retentit dans tout le parc quand il toucha le béton. Et son corps continuait de fumer alors que des gens s’approchaient de lui avec des mines horrifiés.
Sa dernière pensée alla pour lui. Il l’avait toujours admiré sans jamais le voir et Théodule savait qu’il attendait cela de lui. Il ne l’avait pas déçu. Et cela lui suffit pour partir en paix malgré la douleur et la peur de la mort, un sourire était dessiné sur son visage, comme une horrible tête de mort.
 

Spoiler:
(A vous de jouer maintenant, je vais poster juste après ce post un sondage et vous devrez voter (comme ça on aura le résultat en direct sans forcément avoir à lire tous le rp à chaque fois). En fonction de votre choix, cela aura une incidence plus ou moins directe sur la suite de l’histoire, je vous invite donc à faire votre réponse en fonction du vote de votre personnage et ensuite vous pourrez finir tranquillement le rp).


codage par Laxy Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
The Riddler
Messages : 41
Date d'inscription : 13/06/2016
Mer 10 Juil - 19:10
Et voici le lien vers le sondage en question:
http://h-x-h-unlimited.forumactif.com/t373-sondage-pour-event#2464
Revenir en haut Aller en bas
Eris Azarov
Messages : 79
Date d'inscription : 19/05/2016
Ven 12 Juil - 13:03

「Welcome to the party」
Alors que tout le monde se réveillait lentement de leurs sommeils perturbé, Eris elle n’avait pas lâcher du regard l’homme à la face de télévision. Alors c’était lui derrière tout cela, l’invitation, les animaux. Les dents serrer, elle s’obligea à écouter ce qu’il avait à dire alors qu’elle voulait juste le mutilé pour savoir pour qui il travaillait. Des sa première phrase, il confirma qu’il bossait bien pour quelqu’un.  Lorsqu’il parla des vidéos et que cela allait être diffusé. Bien qu’ils étaient nombreux face à ce type, elle n’était pas sûr d’avoir un véritable avantage. Il devait avoir préparer le terrain en cas d’attaque et il devait se protéger en conséquence, surtout en sachant que tous avaient retrouver leurs nen.


Sa proposition était de vote pour savoir si l’on gardait une vidéo ou non, qu’es que c’était que ce plan ? Alors qu’elle était prête à se lever pour agir, elle le vit appuyer sur une télécommande et les volets firent leurs travail. Les muscles d’Eris se crispèrent près à agir à la moindre action agressive de l’homme. Le reste se passa assez rapidement et la brune n’eu pas vraiment le temps de comprendre ce qui se passait avant d’en voir les réels résultats. Le dernier spectacle du rouquin était morbide et horrible, bien qu’habituer un frisson la parcouru, pas de dégoût mais d’incompréhension. Il avait gagné, il les tenait et là il se donnait la mort.

Elle voulut le rattraper pour pouvoir l’interroger, mais alors qu’elle avait avancé d’un pas, elle le vit courir vers la fenêtre, elle suivit la course, mais il avait tout prévu d’avance comme-ci tout était calculer depuis le début. Elle le vit s’écrasé sur le sol, et là marre de sang et de chair. Elle regarda un cours moment la personne puis se tourna vers la ou pourrait se trouver la caméra.  Elle ne leva pas la main, mais fixa l’objectif. Les vidéos devaient être effacé, elle se doutait de qui pourrait récupérer les vidéos mise à par les journalistes et les autorités. Lui aussi aurait pu les avoir et les faire voir à la foutu belette, qui allait savoir ce qui se tramais. Elle ne devait pas être vu, mais là c’était trop tard et il fallait supprimer les vidéos.

Elle regarda les autres votés, finalement les gens voulaient garder les vidéos, mais qu’elle bande d’imbécile, ils offraient à un être la possibilité de savoir leurs pouvoirs et leurs faiblesses. A peine cela se terminait que la brune partit, elle ne jeta pas un seul regard aux autres, ce qu’elle voulait c’était partir. Elle garda une certaine tension tout le long de son trajet, posant discrètement un œil sur le cadavre de Théodule, son regard se posa sur une minuscule chose sur le sol, elle s’accroupi sortant un mouchoir et posa doucement la chose dedans. Dans un murmure elle remercia le cadavre avant de se lever et de reprendre sa marche. Rien ne se passa mise à part les gens qui courrait pour sortir du parc et les urgences qui arrivait pour soigner les gens, rien, pas d’attaque, pas d’autre pièges, n’y autre animaux.
 
Elle rentra dans son petit appartement de York Shin, quand elle alluma la télévision, les différentes chaines parlait déjà de ce qui c’était passé, certaines choisissaient les moments les plus trash d’autres floutait ou ne prenait que la panique, mais la plupart s’accordait à dire que les hunters présents avaient réussi à réduit le nombre de mort. Un sourire naquit au coin de ses lèvres, les autres était passé à la trappe, normal c’était des inconnues et c’est comme ça que les gens les nommaient les inconnues qui avait aidé les hunters et battre le mal. Eris éteignit sa télévision, elle se mit à réfléchir, pourquoi ce type avait il fait cela ? Es qu’il était obligé à faire cela. Elle s’installa dans son fauteuil en fermant les yeux. Le visage de l’homme lui revient en tête, lui sa tête fatiguée, il en avait peut-être marre de vivre…Il avait l’air soulager sur le sol malgré ses membres dans des angles improbable. Elle sortit de sa poche le mouchoir que le sang avait rougit.

« Malgré que tu aille tenter de me tuer sache que je ne t’en veux pas, car tu vas être utile et te racheté. »

Elle se leva pour rejoindre une pièce qu’elle alluma ou plusieurs bocaux trônait fièrement sur des étagères. Elle ouvrit le mouchoir, laissant apparaître une dent, elle nota deux lettres avec un feutre noir « TV » puis elle la plongea dans un bocal empli d’un liquide verdâtre avec d’autres dents. Les deux mains posées sur la table de travail, elle laissa ses cheveux tomber de chaque côté de son visage.

« Il va falloir travailler plus vite à présent. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 2 sur 2Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» 60 terroristes du Tea Party tiennent le Congrès américain en otage
» Loups Garous Party 2011
» Party de Noel!!!
» 02. Wait a minute girl, can you show me to the party ?
» 06. What kind of bachelor party is that ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunter x Hunter Unlimited :: Event, Mission & JDR :: Event-
Sauter vers: