Hunter x Hunter Unlimited

La fortune sourit aux audacieux

 :: Southernpiece Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 19/05/2016
Mer 20 Déc - 16:19

ft. Naku

ft. Eris

「la fortune sourit aux audacieux」
Parmi les casinos de York Shin City l’un des plus prestigieux reste le Mama Fortuna. Sculpté dans le marbre, offrant une entré de pilier dans un style particulier, gravé de nombreux dessins. Les spots éclairent le bâtiment offrant sa fabuleuse beauté au monde. Les spécialistes du casino ont été très claire avec tout se qui venait de se passer, les gens devenaient un peu plus frileux, il faut donc aller chercher les clients. Ce soir est une grande soirée, le patron a décidé de maximiser la publicité, les jeux et surtout il décide de payer des personnes pour proposer en toutes innocences de jouer un peu plus. Qu’ils jouent les joueurs, les escortes ou autres, ils viennent tous d’un même endroit, la lune noire. Le patron avait été très clair, il voulait absolument que le tout soit gérer par un enfant de la reine. C’est tout naturellement que la dame à demander à Eris de se rendre sur place pour cette mission. La brune ne c’est pas fait prier très longtemps, elle allait pouvoir sortir et aller s’amuser.


Dans sa chambre, Eris se préparait, elle sortit de la douche, ses cheveux encore mouiller coulait le long de son visage et tombaient en cascade sur ses épaules. Marchant dans la pièce, elle regardait autour d’elle, sa robe était posée sur une chaise, un long soupire s’échappa d’entre ses lèvres déjà peinte d’une douce couleur. Une vieille pensée chercha à entrer dans son esprit, elle la chassa bien vite en secouant la tête. Elle sécha ses cheveux et les coiffa en un chignon, seules deux mèches tombait de chaque côté de son visage.  


Le temps s’écoula lentement, bien trop lentement pour elle. Eris finit par mettre sa robe de soirée noire, puis elle alla voir les autres. Ils étaient près eux aussi, la brune leurs donna des ordres pour quand ils seront sur place, savoir à quelle heure arriver, leurs zones de travail et les formules à dire. Les premiers partaient déjà pour faire les croupiers, puis les danseurs et danseuses, quand se fut au tour des joueurs, Eris partit en même temps qu’eux et enfin se fut le tour des escortes.


Sur place Eris avait trouvé refuge sur une table de jeu de carte, elle était avec de nombreux joueurs, elle jouait son rôle à la perfection, les premières parties, elle jouait les débutantes, puis elles les battaient à plusieurs reprises et enfin son but était de tout perdre au jeu et de jouer la pauvre malheureuse et bien souvent des hommes venaient à sa rescousse pour regagner l’argent perdu de la belle. Elle trouvait toujours un moyen de vanté l’un ou l’autre joueur pour qu’ils continuent à dépenser de l’argent jusqu’à l’arriver d’un nouveau membre qui allait les plumer et qui était de mèche avec le casino et qu’elle ne connaissait pas.  De plus la brune devait aider cette personne à gagner et pour cela la meilleure méthode était la triche ou bien en distrayant les adversaires.


La soirée avait bien commencé, elle était déjà à roucouler auprès d’un homme qui c’était proposé de lui récupérer son argent. Elle avait sa main posée sur son épaule et lui souriait amuser. L’homme avait déjà gagner à de nombreuses reprisent et les gens c’était ameuté autour d’eux. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 30/10/2017
Localisation : York Shin
Mar 26 Déc - 12:51
Ah le Mama Fortuna ! Le plus beau casino de la ville organisait une soirée spéciale et je ne pouvais me permettre de manquer ça pour rien au monde. Le problème était qu'il fallait un carton d'invitation pour cette soirée exceptionnelle... Bon il est vrai que je connais pas mal de monde dans les cercles de jeu privé, mais vous vous doutez bien que personne ne cède ce genre de carton si facilement. J'ai donc dû jouer encore et encore pendant deux semaines jusqu'à enfin trouver quelqu'un de suffisamment accro au jeu pour accepter de jouer son invitation une fois que je l'ai dépossédé de tous ses jetons. Mais ça valait le coup, après ces deux semaines de parties intensive, me voilà enfin avec l'invitation de Hayko Mashiwa, le bras droit d'un parrain de l'une des plus grandes mafia de la ville.
Je suis d'ailleurs toujours émerveillé de voir à quel point la confiance des mafieux les rend prévisibles, mais je ne vais pas m'en plaindre.

Pour me préparer j'ai bien sûr fait des efforts... Enfin encore plus qu'à l'accoutumé. Je suis allé chez un coiffeur barbier afin d'être le plus frais possible et je me suis permis de me prendre un nouveau costume. Une chemise noire avec un gilet et pantalon blanc et bien sûr des chausses de cette même couleur ivoire. Pour agrémenter la tenue une petite pochette rouge dans le poche du gilet au niveau du cœur, car tout personne ayant un minimum de connaissances dans le domaine de l'habillement masculin sait que la pochette ne doit jamais être de la même couleur que la chemise ou la cravate.

Après ces préparatifs, j'arrive à la soiré en évitant d'être présent trop tôt ce qui ferait mauvais genre. Bien que tape à l'œil, le style tout en marbre avec les spots de tout les côtés donnent un aspect dantesque au casino. Je présente mon carton et entre sans problème. Rapidement, je me retrouve avec un verre d'un excellent bourbon à la main en train de jouer à un une table de Black Jack. Ou comment multiplier rapidement son capitale de départ pour être sûr de passer une bonne soirée.
Après quelque parties, je décide de changer de table histoire de ne pas trop attirer l'attention d'entré de jeu. Même si je fais exprès de perdre de temps à autre, je préfère ne pas prendre de risque.

Je flâne un peu entre les tables de jeux, cherchant quelque chose d'intéressant. Après quelques instant je tombe sur un table de poker. Une jeune femme absolument sublime y joue très bien, puis d'un coup perd tout ses gains bêtement. Bien évidemment, les autres joueurs, cherchant à jouer les chevaliers servants se mettent en tête de récupérer les gains de la belle. Alors que je les regarde de loin comme cela se fait souvent, je décide de rejoindre la partie pour pimenter un peu le sauvetage que certains ont entrepris :

-Bonsoir cher amis, j'espère que la chance me sourira !

Bien évidemment, je commence doucement, évitent de faire d'étincelles dès le début. Et observant quelque peu le style de personne jouant avec moi.
Bien évidemment la jeune femme, dans une robe noire la mettant vraiment en valeur. Je dois avouer qu'elle est très belle, mais il y a plus que ça. Quelque chose dans le regard montrant une force certaine.
Un homme en fin de soixantaine porte un smoking très cher. En regardant attentivement, on voit qu'il rase une partie de son crane afin qu'on ne voit sa calvitie passablement avancée. Il a fait justement partie de ceux voulant récupérer les gains de la demoiselle.
Un autre chevalier est bien plus jeune. Un peu moins de la trentaine je dirais. Ses vêtements sont tous aussi coûteux, mais je ne crois pas que cela vienne de sa propre fortune mais plutôt du soutient financier familiale.

A en juger par les tenus, les âges, les postures, il s'agit de personnes riches, déconnecter de la valeur de l'argent et particulièrement présomptueux. Sans oublier qu'ils pensent pouvoir séduire la belle avec des moyens pécuniaires. Je ne dis pas que ça ne marchera pas, je n'en sais rien encore, mais cela montre qu'ils accordent bien peu d'estime à cette femme.

Donc, plus je gagnerai, plus je les blesserai dans leur estime et leur virilité et donc plus ils s'énerveront et feront d'erreurs... En bref, je pense que je vais bien m'amuser à récupérer leurs beaux jetons.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 19/05/2016
Sam 30 Déc - 15:29

ft. Naku

ft. Eris

「la fortune sourit aux audacieux」
Alors que deux princes se battaient à coups de cartes pour gagner l’argent perdu ou le « cœur » de la jeune femme, un autre homme entra dans la course. Eris le regarda en lui souriant, puis elle le salua à son tour, restant tout de même derrière un des joueurs, celui qui pour le moment avait amasser le plus d’argent.


« Bonsoir, bienvenue parmi nous prend garde à toi, c’est un véritable requin. »


Elle avait laissé glisser sa main de l’épaule jusqu’au haut du torse du plus âges des deux en souriant. L’homme lui sourit puis posa sa main sur celle de la jeune femme, en la regardant et lui chuchotant quelque chose à l’oreille qui la fit rire.


Le plus jeune était visiblement jaloux de cette intimité entre les deux, il relança alors le jeu demandant à ce qu’on distribue de nouvelle carte. L’ainé continua le jeu, proposant à Eris de déposé pour lui les jetons. La brune accepta volontiers, prenant les jetons dans ses mains, elle se cambra au-dessus du terrain de jeu, juste assez pour que les joueurs aillent une vue plongeante sur sa gorge dont la robe formait un balcon qui laissait peu de place à l’imagination.  Elle se redressa lentement en souriant amusé, elle n’en avait plus rien à faire des regards des hommes ou des femmes sur elle et puis elle faisait exprès de distraire la table pour que des hommes à elle subtilise certaines cartes pour donner de mauvaise main.


« J’espères que votre main sera bonne Don. »


De temps en temps elle regardait l’homme qui venait de s’asseoir parmi eux, on lui avait dit qu’un homme allait venir et qu’il serait une taupe du casino, il avait dit un mot qui était le signe, mais étrangement elle n’imaginait pas du tout cet homme être dans la combine. Eris maudit le patron d’avoir eu une idée aussi bête comme code pour un casino. La brune ne chercha pas plus loin, marre de réfléchir pour les autres. Alors qu’elle était dans ses pensés une voix attira son regard. Le jeune homme qui postulait pour la secourir l’appela par son prénom. Eve, elle l’avait donné durant la partie au début quand il ne jouait que tout les deux, ils avaient joué leurs prénom histoire de se mettre en forme. En souriant elle quitta l’ainé pour s’approcher du second qui lui montra ses cartes, il avait la mine neutre et Eris ria quand elle vit le jeu. Il profita de l’avoir à côté de lui pour effleurer du bout des doigts le bras pale de la jeune femme.


Le jeu reprit de plus belle, le gagnant changeait fréquemment et le jeu continuait. Eris continuait son jeu de séduction, détachant ses cheveux, décroisant les jambes dont la fente laissait voir une porte jarretière en dentelle noire. 
 
Au bout d’un moment, elle se leva interpellant un serveur qui passait juste derrière Naku un plateau de coupe de champagne à la main. Elle se dirigea vers lui telle une lionne en chasse, récupérant une coupe de bout des doigts. Malheureusement comme un coup du sort, un homme passant percuta le bras de la brune qui reversa sa coupe sur l’homme en costume blanc et à lunette.  Elle menaça de son poing l’homme.


« Non mais ça ne va pas, dit pas pardon… »


Puis Elle reporta son regard sur Naku en s’excusant platement et sortant un mouchoir de sa pochette.


« Je suis navré, vous permettez ? »


Avant même d’avoir la réponse elle s’approcha de l’homme pour essuyer comme elle le pouvait avec un simple mouchoir.


« Je vais vous laissez mes coordonnées pour payer le pressing, non, mais quel imbécile celui-là. »


Elle était visiblement en rogne contre l’homme, ne faisant plus du tout attention aux deux autres princes qui semblait tout aussi mécontent qu’elle, mais pour d’autre raison, comme celle que la brunette descendait bien bas pour éponger le champagne avec un autre mouchoirs, pestant toujours contre l’homme à mi mot.   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 30/10/2017
Localisation : York Shin
Mer 3 Jan - 19:48
La jeune femme est visiblement très douée pour jouer de ses charmes. Se rapprocher du vieux, rendre le jeune jaloux, ça semble simple, mais c'est tout un art qu'elle semble maîtriser à la perfection. Je suis d'autant plus impressionner par le fait que le vieux la laisse faire les mises à sa place. C'est une diablesse de séduction dont il faut que je me méfie.

J'avoue tenter de retenir un petit rire quand elle se cambre pour poser la mise. Elle y va fort, c'est même un peu trop à mon goût. Non pas que je trouve ça vulgaire, mais j'ai suis toujours époustouflé par le fait que les gens ne voit pas son petit jeu. Je ne sais pas encore quel est son intérêt à séduire les joueurs de la sorte mais j'ai plusieurs théories :
-Une veuve noire en quête d'un mari
-Une prostituée
-Une motivatrice payée par le casino
-Juste une femme qui veut s'amuser aux dépends de ces riches hommes à l’ego aussi gonflé que fragile...

Je remarque son petit jeu avec les cartes alors que son décolleté était sensé tous nous hypnotiser. J'ai alors un petit rictus discret et la regardant amusé une fois qu'elle a repris sa place.

Je perds assez souvent, volontairement et de façon relativement aléatoire, c'est important de laisser à ces deux chevaliers servant l'impression qu'ils mènent. J'avoue me laisser déconcentrer durant un petit instant quand la belle détache ses cheveux et laisse apercevoir son porte jarretières à travers la fente de la robe.
Peut de temps après, elle se dirige justement vers moi et en profite pour prendre une coupe de champagne à un serveur... Quel dommage que ledit champagne finisse sur moi. En effet, un homme la bouscule et la gravité faisant le reste, je me retrouve trempé.
J'ai de suite un mouvement de recule alors que de son côté Eris menace l'homme de son poing. Juste après, elle s'excuse relativement platement et commence à m'éponger avec un mouchoir, se dirigeant lentement mais sûrement vers le bas de la tâche. Je lui saisis alors le poignet le plus délicatement possible pour la stopper et en la regardant avec un sourire amicale et se voulant apaisant je lui dis alors :

-Ne vous inquiétez pas, ce n'est rien de grave. Le champagne est très facile à nettoyer en plus. Et ne vous prenez pas le tête avec ce malotru, il ne mérite pas d'occuper vos pensées. Ne laissez pas votre tête se remplir de choses aussi futiles que cet homme.



Je lui souris en l'invitant à arrêter de me tamponner de la sorte. Je me reprends une gorgée d'alcool et fait un mouvement de la tête pour la remercier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 19/05/2016
Jeu 4 Jan - 18:56

ft. Naku

ft. Eris

「la fortune sourit aux audacieux」
Alors qu’elle cherchait à éponger du mieux qu’elle pouvait, son poignet fut saisi par l’homme, elle le regarda surprise puis lui rendit son sourire. L’écoutant attentivement, Eris finit par retirer son poignet de l’emprise du joueur doucement, calant sa main contre sa poitrine dans un geste gêner. Elle s’excusa une nouvelle fois, elle feinta sa gêne comme-ci elle venait de comprendre que son geste était déplacé.



« Désolé, je… »


Elle était hésitante, elle replaça une de ses mèches de cheveux derrière son oreille.


« Vous avez raison, continuons de nous amuser. »


Elle se tourna vers les autres joueurs en souriant, visiblement les autres n’avaient pas aimer ce rapprochement un peu trop rapide. Une moue triste s’afficha sur le visage de la brune, mais bien vite le plus jeune lui sourit l’invitant à le rejoindre en lui tendant la main. Eris fut attendrit par se geste, elle fouilla tout de même dans son sac et donna sa carte à l’homme qu’elle venait de tacher.


« Tenez afin que je puisse rembourser les frais de pressing. »


La carte était sobre, un fond blanc, les écrits étaient noirs, Docteur Eve Mc Kelly, Chirurgien et son numéro de téléphone.


« J’insiste vraiment. »


Elle planta son regard dans celui du jeune homme avant de retourner, vers le plus jeune qui visiblement lui avait pardonner. De quoi seul lui se sentait victime de quelque chose. L’ainé lui regardait tout le monde, s’il voulait être neutre, il avait du mal à caché qu’il voulait terminer rapidement de prendre les mises des autres.


Alors qu’elle allait s’asseoir sur les genoux du plus jeune, elle s’aperçu d’une petite chose qu’elle n’aimait pas du tout, en renversant le champagne, une partie l’avait touché et ce qu’elle avait prit le temps de dissimuler se découvrait un petit peu. Un bout de sa cicatrice devenait visible.


« Je reviens je vais me repoudrer le nez. »


Eris fit un signe de la main avant de rapidement partir vers les toilettes. Heureusement dans sa pochette elle avait prévu de quoi remaquiller sa cicatrice sur son poitrail. Elle quitta la table, s’éloignant toujours de cette démarche de lionne jusqu’au toilette.



Là, elle posa son nécessaire pour réarranger le maquillage de sa cicatrice, une autre femme entra dans la salle, une blonde qui la regarda en souriant. Eris elle soupira avant d’avoir un léger rictus qui disparu rapidement. Une fois cela arranger, elle sortit prit une coupe de champagne puis retourna à la table. Elle les avait laissées presque une quinzaine de minutes.


"Alors qu'es que j'ai manquer messieurs?" 


Eris avait récupérer son sourire charmeur, ignorant se qui avait bien pu se passé entre les hommes durant si peu de temps, pour elle.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 30/10/2017
Localisation : York Shin
Jeu 4 Jan - 23:04
La belle brune recule la main et la plaque contre sa poitrine gênée, ou faisant semblant, je ne saurais le dire exactement. En suivant sa main du regard, je vois une sorte de marque... Infime certes, mais une sorte de partie de peau légèrement plus banche. Peut-être une cicatrice, mais je préfère ne pas m'avancer, c'est bien trop minime pour que je puisse me prononcer.
Elle s'excuse à nouveau et je lui répète que ce n'est pas grave. Avant de retourner s’asseoir, elle cherche dans son sac pour me donner sa carte. Je la prends et je l'observe. Simple, sobre... Avec écrit Docteur Eve Mc Kelly... D'un petit sourire amical je lui dis alors :

Merci beaucoup Dr Mc Kelly.


Elle plante ses yeux dans les miens et je lui souris amicalement. Puis elle retourne vers le jeune joueur qui lui fait les yeux doux. Cependant, elle semble noter quelque chose qui lui déplaît et annonce qu'elle va se repoudrer le nez. La belle s'en va vers les toilettes en nous faisant un signe de la main.

Les deux hommes regarde son postérieur aussi longtemps que possible alors qu'elle s'éloigne. Moi, je regarde ces deux idiots guidés par leurs hormones. Je pourrais les plumer pendant que la jeune femme est loin, mais ça serait moins drôle. D'autant plus que je remarque une envie d'en finir rapidement chez le vieux... Un rictus se dessine sur mon visage, je sais exactement ce que je vais faire. Alors que le vieux s’apprête à jouer, je l'arrête :

Monsieur, nous devrions attendre la dame.

Ce dernier rigole, disant qu'elle en aura pas pour longtemps et que ça ne sert à rien de l'attendre. Avec un sourire malicieux, je lui rétorque donc :

Justement, si elle n'en a pas pour longtemps comme vous dites, nous pouvons bien nous permettre de l'attendre...

Il joue sa mise, le jeune suis, mais moi je ne joue pas. Je m'installe bien, croise les jambes en recommande un bourbon alors que je finis le mien. Je jettes un coup d'œil au croupier pour lui faire comprendre que ça ne servira à rien de me presser, puis j'annonce :

De ce que j'ai compris, vous vous affrontez pour l'argent et les beaux yeux de la belle. Or l'important est la beauté du combat, pas le résultat. Si vous voulez l'impressionner, il serait préférable qu'elle soit là pour voir votre acharnement et votre ténacité.

Je bois quelque gorgé et attends patiemment, en voyant le temps les ronger et l’impatience les user. Eris ne le sait sûrement pas, mais elle vient de me facilité la tache de manière démesurée.
Quand cette dernière revient, je lui souris et mes deux camarades perdent leur air revêche instantanément... Ah les gentils toutous... Je réponds à sa question en avec un sourire amical et joueur :

Beaucoup ! Votre présence est un tel délice que nous n'avions même plus goût de jouer en votre absence. N'est-ce pas messieurs ?

Piégé par ma façon de présenter les choses, ils ne peuvent qu’acquiescer. Toutes contradictions étant facilement interprétable comme une insinuation que la présence de la belle n'est pas si importante.
Je prends une nouvelle gorgé d'alcool et annonce :

Maintenant que notre muse est revenue, nous pouvons reprendre.

Je me tourne vers Eris avec un sourire amusé et lui dit à la manière d'un gladiateur :

Ceux qui vont jouer vous salut !

Là, la partie commence vraiment. J'observe chaque détail, chaque tique et bien entendu. Les probabilités étant mon grand amour, je comptes les cartes. Évidemment, je fais attention à ne pas en faire trop et perde une petite manche de temps à autre, à la manière d'un susucre pour les motiver à continuer. Mais lentement, leurs piles de jetons fondent, faisant grossir la mienne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 19/05/2016
Ven 5 Jan - 16:06

ft. Naku

ft. Eris

「la fortune sourit aux audacieux」
Quand elle fut de retour, elle trouva ça étrange que le brun à lunette la regarde ainsi en souriant, faisant mine de rien elle lui répondit en souriant elle aussi. Posant sa main sur son cœur, elle les regarda un à un comme toucher par cela.

 
« Vous êtes adorables messieurs, mais il ne fallait pas vous savez. »
 
Elle n’était cependant pas dupe et elle avait bien vu les mises qui avait changer, feintant l’ignorance elle s’approcha de Naku en riant et bougeant négativement la tête. Voila qui était très drôle et cela devenait net dans l’esprit de la brune, se mec n’était pas du tout le type qu’elle attendait. Quand il lui parla de nouveau, elle le regarda dans les yeux, mais elle ne dit rien.

Le plus jeune des joueurs soupira puis prononça quelques mots avant de reprendre le jeu, insinuant que le nouveau se pavanait un peu trop et se demandait bien s’il n’avait pas un tour dans sa manche.
Insinuait-il que Naku trichait, oui totalement. Il ne pensait pas le moins du monde que celui-ci pouvait se moquer d’eux. Eris regarda le jeu, de temps en temps elle forçait la chance de certain des joueurs, mais voyant que l’homme qui devait récupérer l’argent ne venait pas, elle se dit qu’elle n’avait plus rien à perdre sur cette partie. Alors qu’elle allait se diriger vers le jeune, une main solide lui attrapa le poignet fermement. Elle se retourna et vit le Don qui la tenait. Elle ne comprit pas du tout le pourquoi de cette action. En bonne comédienne, elle regarda son poignet.

« Monsieur, vous me faites mal. »

Visiblement celui-ci n’était pas enclin à lâcher prise. Eris se fit force pour ne pas brisé sa couverture. Elle chercha à desserrer l’emprise, faisant mine qu’elle n’avait que peu de force.

« S’il vous plait. »

Il la regarda puis lui ordonna de rester à côté de lui. La brune regarda les deux autres comme pour quémander de l’aide, mais le plus âgé parla. Il était sûr que la brune était de mèche avec l’un des deux autres et qu’il était hors de question qu’elle s’éloigne pour aider son complice à tricher.  Eris soupira à l’intérieur d’elle, elle en avait marre et elle avait bien envie de faire quelques choses, qui finalement elle fit.  De sa main libre elle fendit l’air jusqu’à heurter à toute vitesse la joue du « Don », qui se marqua de rouge. Sous la surprise il lâcha la main, Eris en profita pour parler.

« Non, mais quelle folie vous pique ? Cela ne va pas d’agir ainsi. »


Elle était en colère bien que tout ceci était une comédie. Elle aurait fait pire que lui mettre une simple gifle. La brune s'éloigna de lui pour se mettre entre le plus jeune et Naku.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 30/10/2017
Localisation : York Shin
Ven 5 Jan - 22:05
Je remarque au regard de la demoiselle qu'elle a compris mon petit jeu. Je lui réponds donc d'un sourire amusé. Je remarque cependant que la tension monte autour de la table. C'est une bonne chose pour moi. Les gens énervés font beaucoup plus d'erreurs, or dans ce cas précis leur erreurs sont autant de jetons en plus dans ma pile.

Le plus jeune fait une petite insinuation sur le fait que je triche. Je ne prends pas la peine de répondre... Mais alors que cette Eve veut se lever, le vieux l'attrape par le poignet. Elle lui demande de la lâcher. Je lance un regard noir au monsieur dans un premier. Puis, voyant que rien n'y faisait, je lui dis :

La demoiselle vous a demandé de la lâcher...

Finalement il explique penser qu'elle m'aide à tricher... Si c'est abruti savait qu'elle m'avait mis des bâtons dans les roux à une ou deux occasions. La jeune femme vient se poser entre le jeune et moi : Je me tourne vers elle et lui demande :

Ça va aller ?

Puis je regarde les deux autres joueurs. Je retrousse mes manches les plus possibles pour bien montrer que je ne cache rien. Puis je prends la parole :

Puisque vous pensez ouvertement que je triche voilà ce que je vous propose...

Je montre mon invitation au nom du bras droit de la mafia au croupier avant de reprendre :

Je demande un nouveau croupier et un nouveau jeu. Interdiction de montrer ses cartes à qui que se soit, même à la belle muse qui vous fait saliver... En échange, on joue jusqu'à ce qu'un seul ait encore des jetons.
Ça vous va ou vous êtes du genre à flipper quand ça devient sérieux ?


Je bois une gorgé de bourbon et souris face aux acquiescement des deux abrutis. Des riches arrogants et énervés... Comme s'ils pouvait refuser.
Le croupier s'en va et rapidement une nouvelle croupière arrive avec un nouveau jeu en main.
Les cartes sont mélangées, distribuées et là, le jeu commence vraiment...
Avec un sourire carnassier, je décide que je serai sans pitié.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 19/05/2016
Dim 7 Jan - 14:50

ft. Naku

ft. Eris

「la fortune sourit aux audacieux」
Eris se retourne vers Naku en souriant en coin, frottant son poignet endolori, elle l’informa qu’elle avait connue des jours meilleurs. En vérité elle avait envie de le faire souffrir pour l’audace qu’il avait eu et elle était quelque peu frustré de ne pas pouvoir le fracasser plus. Elle regarda le manège de l’homme et quand elle vit la l’invitation elle regarda le croupier du coin de l’œil. Elle ne savait pas vraiment comment il avait eu cette invitation, mais c’était cela qui lui posait des problèmes depuis le début.


Eris leva les yeux en l’air quand elle entendit se que le brun avait en tête. Les mecs étaient vraiment tous les même dans ce genre de situation. Elle croisa les bras puis parla rapidement.


« Eh bien puis que je ne peu jouer autant que je parte non ? A moins que monsieur qui semble vouloir mener la danse m’oblige à rester pour observer sa victoire. »


Elle s’inclina comme on l’aurait fait dans les anciens âges, puis elle s’éloigna.


« Monseigneur. »


Elle s’éloigna de la table jetant un dernier regard à la croupière qui posa à peine son regard sur elle. Passant à côté d’une personne qui discutait, elle effleura du bout des doigts l’intérieure de la main, un geste à peine visible et un tapotement comme un code. La personne ne fut pas plus perturbée que cela, mais elle finit par s’éloigné de son groupe de conversation, pour en rejoindre un autre de façon très naturelle. La brune elle alla se poser à un comptoir ou elle prit une boisson. 


Elle regardait que le fond de son verre et quelque fois son portable. Si quelques mâles s’approcha d’elle, elle les éconduit massivement, l’envie d’être seule un moment était plus fort que sa mission. Elle rattachât ses longs cheveux, souhaitant que la soirée se finisse très vite. Le résultat de la compétition des mâles ne l’intéressait pas ou du moins pas tout de suite. Elle aura bien assez le temps de choper le gagnant et de lui faire cracher la thune d’une façon ou d’une autre. Elle eu un sourire puis elle termina son verre cul sec, Avant de se retourner vers la salle, les jambes croisés, les coudes reposant sur le comptoir et une de ses mèches de cheveux lui tombait devant le visage. Une des lanières de sa robe lui tombait en bas de l’épaule, elle n’éprouva pas le besoin de la remonté, bien trop concentré à regarder autour d’elle, d’un air assez triste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 30/10/2017
Localisation : York Shin
Dim 7 Jan - 17:40
La jeune femme me fait un petit sourire en me disant qu'elle avait connu mieux. Une fois ma proposition faites, elle semble agacée et s'en va. Je la laisse s'en aller sans rien dire, voyant les visages de mes adversaires se durcir.
J'ai un petit rictus face à eux...


Je me couche pour les deux premiers manches. Les cartes sont contres moi et je ne connais pas encore assez ce nouveau jeu pour pouvoir faire des probabilités. Je perds ensuite une partie et me couche encore. J'arbore un air décontenancé des plus convaincant et mes compagnons me disent que je fais moins le malin maintenant... Je jubile intérieurement en le voyant monter les mises pour me mettre dans l'embarras.
Après ça, il me suffit de six manches pour éliminer le jeune qui quitte la table en jurant bien plus qu'un gosse de riche ne devrait la faire en publique.
Se lance alors un duel entre le vieux et ma personne... Le pire est que le bougre a un bon jeu ! Si seulement son arrogance ne lui dessinait pas se sourire suffisant dès qu'il a de bonnes cartes, il aurait pu avoir une chance...
Je finis de récupérer ses jetons en seulement trois manche, l’orgueil l'ayant poussé à faire un tapi avec une main clairement surévaluée... Pourquoi les gens sont toujours aussi confiant avec un carré, je ne le comprendrais jamais je pense...


La croupière a la gentillesse de changer ma pile contre trois jetons d' 1'000'000 de jenny... Et dire que je suis entrée ici avec 50'000 jennys seulement. C'est clairement une bonne soirée.
Je recherche la jeune femme, que je retrouve après quelques instants. Je m'installe à côté d'elle en laissant un tabouret entre nous. Avec un sourire sincère je lui dis doucement :


Je suis désolé pour tout à l'heure...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 19/05/2016
Dim 7 Jan - 20:17

ft. Naku

ft. Eris

「la fortune sourit aux audacieux」
Eris avait bien vu que l’homme avait finit par la retrouver, elle le regarda à peine. Il entendit se qu’il lui disait, elle sourit avant de parler, elle reprit un verre et elle bu une gorgé.


« Tu es désolé pourquoi ? Pour m’avoir mal parler ou m’avoir empêché de récupérer mon argent ? »

Elle le regarda en se tournant vers lui, arcan son sourcils. Elle regarda le barman en lui demanda la petite sœur de sa boisson. Elle soupira longuement.

« Alors tu les as plumés c'est imbéciles ? »

La brune avait perdu sa façon de parler, elle ne vouvoyait plus et même sa façon d’agir était différente. Elle connaissait déjà la réponse, mais elle préférait lui demander tout de même juste pour faire la conversation.

« Tu devrais faire attention à toi aussi, le Don va te foutre une rouste, voir même te laisser mourir dans le coin d’une impasse. »

Elle eu un petit rire, buvant une gorger de sa boisson, elle prit sa mèche qui tombait puis elle la plaça derrière son oreille.


« Il faut savoir quand il faut éviter les problèmes et comment les évités. Toi tu risque gros, surtout pour autant d’argents et l’autre aussi, enfin son père risque de foutre ses hommes à tes trousses. Je n’aimerais pas être à ta place petit. »

Elle regarda sur le côté, elle voyait bien que certaines personnes regardaient dans leurs directions. Elle sourit un peu plus puis avala une nouvelle gorger. Quand elle posa son verre les glaçons tinta paresseusement. Elle décroisa les jambes et croisa de l'autre côté. Les festivités allaient commencer et rien de semblait être se qu'il semblait être. 

"Bon sinon c'est quoi ton vrais nom Hayko Mashiwa? Tu n'as pas sa tête alors répond moi franchement."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 30/10/2017
Localisation : York Shin
Lun 15 Jan - 3:49
La belle brune reprend une gorgée avant de me demander pourquoi je suis désolé précisément. Je lui réponds donc avec sincérité :

Je suis désolé pour vous avoir mal parlé... Je n'ai été qu'un rustre... Je vous demande donc pardon.

Je la vois soupirer longuement puis me demander si j'ai bien plumé mes adversaires. Avec un sourire amical je lui annonce :

Jusqu'au dernier jeton ! Et je dois avouer que je n'y serais pas parvenu sans vous. C'est pour ça que j'aimerai vous donner une part des bénéfices pour vous remercier.

Je sors un des jetons de ma poches et attends de voir la réaction de la jeune femme.
Puis elle me conseille de faire plus attention. Je bois une gorgée de bourbon avant de répondre :

Je sais, c'est ce que je me dis aussi de temps en temps... Mais en même temps, à côté du style de personnes avec qui je joue habituellement, ces deux là ne me font pas très peur...

Je remarque plusieurs personnes nous observant et que la jeune femme l'a remarqué elle aussi. Visiblement, c'est surtout elle qui attire l'attention... Les affres de la beauté... Alors qu'elle repose son verre, j'observe ses mains rapidement et je remarque un problème. Elles vont bien étonnement bien pour des mains de chirurgiennes soumise quotidiennement au talque asséchant de gants et au désinfectant irritant.
C'est justement à ce moment qu'elle me demande mon vrai nom. Avec un petit sourire amusé je le réponds :

Naku... Mon vrai nom, est Naku Owiga. Et pour devancer la question, j'ai gagné l'invitation en jouant contre Hayko... Ils nous arrivent de fréquenter les mêmes tables de jeu.
Et vous ? Quel est votre vrai nom ? Vos mains sont en bien trop bon état pour être celles d'une chirurgienne et vous connaissez notre cher monsieur Mashiwa. J'en conclus donc que la carte que vous m'avez donné est une fausse.

Je finis ma boisson et recommande un verre au barman en attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 19/05/2016
Lun 15 Jan - 12:51

ft. Naku

ft. Eris

「la fortune sourit aux audacieux」
Eris le regarda du coin de l’œil, quand il lui parla de partager les gains, elle eu un léger sourire aux coins de ses lèvres. Elle fit un rapide mouvement de la main l’invitant à ranger son jeton. Elle termina son verre écoutant se qu’il avait à lui dire de plus. Il sous-estimait les hommes contre qui il avait joué, ou bien c’était Eris qui sous estimait, l’homme qu’elle avait à côté d’elle.


Quand elle découvrit son vrais nom, elle le regarda un moment, comme cherchant à photographier dans sa mémoire le visage, puis reposa son regard sur la foule. Quand il lui demanda son vrai prénom et qu’il parla de ses mains. La brune les regarda puis lui tendit une de ses mains.

« Tu sais il existe bien des produits pour soigner les mains, peu importe le métier. Si tu n’as pas tord pour mon prénom, tu te méprend sur mon travail. Il y a toujours un peu de vérité dans les meilleurs mensonges. »

Son regard balaya la salle, pour se poser sur des gens qui discutaient entre eux, innocemment.

« Tu vois la femme qui se discute avec les deux éphèbes là-bas. Tout le monde la prend pour une femme, elle n’a que 15 ans, elle sait juste truquer les apparences. Celui qui est avec elle à droite et semble être son frère, n’est autre qu’un parfait inconnu rencontré il y a deux heures. Une mascarade afin de renforcer leurs gains. Je n’exerce pas tous les jours, mais j’en ai le diplôme et si mon visage est moins connu mon nom porte bien trop de sens pour être cité dans un endroit ou les oreilles, traine de trop. »

Elle regarda le barman avec insistance, celui-ci partit un peu plus loin.

« Mais si Eve ne vous satisfait pas, appeler moi Eris. En dehors d’ici bien sûr.  Mashiwa va se faire tordre les doigts, pauvre enfant il aura du mal à trouver du travail après ça. »

Elle finit par se lever, passant à côté de Naku, elle posa sa main sur son épaule.

« Si tu as envie de te vider de ton sang dans une ruelle de la ville, je te propose de rester au casino. Tu as fâché bien plus de deux personnes. »


Eris tapota doucement l’épaule de brun, avant de s’éloigné en faisant glissé sa main. Se dirigeant vers l’accueil pour récupéré son manteau. Elle hésitait encore un peu vis à vis de la démarche à suivre. Une fois le manteau en main, elle regarda la foule du casino et finalement, laissa son manteau sur le comptoir avant de partir. La brune venait à peine de sortir qu'elle retira ses bijoux pour les ranger dans sa pochette, regardant si un taxi ne passerait pas par chance dans le coin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 30/10/2017
Localisation : York Shin
Jeu 18 Jan - 11:24
D'un simple signe de la main, la jeune femme décline mon offre, m'incitant à ranger mon jeton. Je remets le petit disque de plastique dans ma poche légèrement déçu. Puis, je me présente de mon vrai nom, chose relativement rare, mais autant jouer cartes sur table avec cette demoiselle énigmatique. Elle se fige alors un instant, me fixant. Pour beaucoup ça serait dérageant, mais personnellement je m'en fiche.
Puis, je lui demande son identité, elle me répond et me corrige sur ma déduction concernant ses mains. J'aurai en somme bien des choses à dire, surtout sur les crèmes qui pourrait régler les problèmes cutanés, qui à forces d'utilisations répétées finissent pas laisser un dépôt graisseur sur les main par hyper sébumisation et que son verre ne laisse voir aucune trace allant dans ce sens. Cependant, je ne dis rien. Je vais mettre la douceur de ses main sur le compte des interventions occasionnelles.

La belle laisse son regard se perdre dans l'assemblé, puis elle me parle d'une femme qui parle à deux hommes. Elle m'explique sommairement la petite arnaque qui découle de cela. Je dois avouer que ça m'amuse... Surtout que ça semble assez évident.
Avec un simple regard, elle fait partir le barman le temps de me dire son nom... Eris, pourquoi est-ce que ça me dit quelque chose ? Je laisse l'information tourner dans un petit coin de ma tête alors que je continue de l'écouter.
La femme se lève finalement et me conseille de quitter le casino si je ne veux pas avoir de problèmes, tel que la mort. Je me lève à mon tour et son un de mes portables « d'affaire ». J'envoie rapidement un SMS en marchant.



Comme prévu, problème avec de mauvais perdants.

1'000'000 de jenny si tu viens m'aider.

Envoyé à mon cher ami Hayko. Je me dépêche de me diriger vers la sortie. Fort heureusement, il y a une borne automatique qui permet de faire le change des jetons en mettant la somme directement sur le compte en banque. Alors que je retire ma carte de la machine, je sens une vibration dans la poche. Un SMS de Hayko disant :

Je me doutais que ça finirait comme ça ! T'inquiète pas, on t'attend dehors avec mes hommes.

J'ai un petit sourire malicieux en voyant les quelques gros bras qui me suivent vers la sortie... S'ils savaient ce qui les attends dehors...
Une fois la porte passé et l'air frais de la nuit me parcourant la peau, je remarque plusieurs voitures noires. Monsieur Mashiwa m’attendant en souriant avec ses hommes. J'en compte une dizaine à première vue, mais je pense que quelque autres sont cachés pour assez la sécurité en cas de coup dur. Je m’exclame alors amicalement :

Ah mon vieux, toujours là quand on en a besoin !

Il me répond avec une sympathie sincère, que c'est normal d'être là pour les amis.
On peut reprocher bien des choses à ce mafieux, mais il est très fair-play. On joue souvent ensemble et je ne l'ai jamais vu s'énerver de ses défaites. Ah vrai dire, à force de partie de cartes, une sorte de lien presque amical s'est formé entre lui et moi. Et du peu que j'ai vu de son patron, il m'aime bien aussi. Comme il me l'avait dit quand il m'avait rencontré :

C'est important pour mes hommes de se rappeler qu'on peut toujours trouver quelqu'un de plus fort que soit.

Le Parrain de cette branche de la mafia est de la vieille école et maintient ces anciennes valeurs parmi les siens. Le respect, l'honneur, l'humilité... J'ai toujours gagné à la loyale et c'est pour ça qu'il m'a garanti que je n'aurai rien à craindre de lui ou ces hommes... Je réalise que j'ai toujours eu plus de problème avec les partons d'entreprises qu'avec les chef de mafia en fait. Comme quoi, la vertue n'est peut-être pas toujours du côté qu'on pense.

Je me tourne vers la demoiselle qui était sortie elle aussi et lui demande avec le sourire :

Vous voulez qu'on vous dépose ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 19/05/2016
Mer 24 Jan - 18:24

ft. Naku

ft. Eris

「la fortune sourit aux audacieux」
Eris était rester sur le trottoir hésitant encore sur la suite de sa soirée. Elle regarda à peine les voitures noires qui venait de s’installer devant le casino, ce n’est que quand elle vit des gens sortirent, qu’elle regarda. Étrangement cela ne sonnait pas bon du tout, encore un règlement de compte. Elle soupira puis allait partir quand elle reconnue une voix qui lui fit tournée la tête.  Alors il avait vraiment des contacts avec se mec.


Les hommes qui suivaient Naku s’était clairement arrêté pour certains d’entre eux pour faire demi-tour, un seul d’entre eux passa le cap de la sortit. Un long manteau noir sur le dos, le visage partiellement caché par un chapeau. Il se dirigea mine de rien vers Eris sortant une cigarette, la jeune femme lui sourit en voyant que celui-ci n’avait pas de feu. Elle sortit un briquet puis alluma la cigarette. Il la remercia d’un signe de la tête avant de partir. La brune regarda l’homme un court moment puis se tourna vers le drôle de duo. Sur son visage on pouvait clairement voir qu’elle était soulagée de voir que l’homme du casino allait sens sortir. Quand il l’interpela, elle le regarda surprise, puis elle ria amusée.

« Tu es un ange, tu le sais. Malheureusement je ne suis pas sûr que ton ami veuille de moi dans ça voiture. Nos « famille » ne s’entende pas vraiment n’es pas Hayko ? »

Avant même que l’intéressé ne puisse dire quoique se soit, elle s’approcha de Naku l’accrochant de son bras. Moyen plutôt subtile pour éviter que ce bon vieux mafieux décide d’écourter une vie.
« Mais c’est si gentiment proposé que je serais un monstre de refusé et puis entre rentré à pied et rentré en voiture et sur protéger, je pense que le choix se fait de lui-même, n’est-ce pas Hay – elle insista fortement sur la première syllabe – Ko »

Eris regarda dans les yeux le mafieux, une once de malice dans les yeux.

« D’ailleurs il est rare de voir un chien se promener sans son maitre, fait attention à ce que la fourrière ne te récupère pas. »


Un sourire carnassier naquit d’entre ses lèvres, le même que celui de sa mère. Une douce façon de taquiné un peu plus l’homme et avec un peu de chance lui faire perdre la face devant ses sbires. Toujours au côté de Naku, elle ne lâcha pas du regard Hayko jusqu’à ce que se soit lui qui détourne le regard. Elle allait gentiment suivre son camarade de casino quand celui-ci entrerait dans la voiture.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 30/10/2017
Localisation : York Shin
Jeu 25 Jan - 19:32
La demoiselle semble des plus surprise que je lui propose de la déposer. Dans un premier temps, elle refuse, prétextant les conflits familiaux, mais juste après, elle s'accroche à mon bras pour finalement accepter. Même si Hayko fait tout pour ne pas montrer son agacement, je vois bien que la belle Eris lui tape sur les nerfs.
Elle pleine de malice et d'assurance provoque encore un peu plus le numéro deux de la mafia. Je sens la tension monter et dans l'optique de ne pas me faire tuer par celui venu me sauver, je déclare donc :

Ne fais pas attention Haiko, elle est taquine et a bu quelques verres... On ne va pas t'importuner, t'inquiète pas.

Je penche alors doucement la tête vers la demoiselle pour lui murmurer à l'oreille :

Écoutez, j'ai réussi à me sortir du casino, alors je vous en pris, ne me faites pas tuer par celui qui est venu m'aider.

À cet instant, je dois avouer que dans mon esprit cette Eris est passée de femme fatale intelligente à garce incroyablement inconsciente. Sérieusement, j'ose espérer que la chirurgienne à une bonne raison d'avoir agit de la sorte parce que là, elle a abominablement dégringolé dans mon estime.
Je me dirige tout naturellement vers une autre voiture que celle d'Haiko... C'est sûrement l'instinct de survis qui parle, mais je refuse de me retrouver enfermer dans un espace confiné avec Eris et Haiko. L'un des hommes de main m'ouvre la portière et je m’engouffre. J'ouvre la fenêtre pour être sûr que tout se passe bien dehors et attendant que la jeune femme me rejoigne.
Je vois que le mafieux se retient au nom de notre semblant d'amitié de donner l'ordre de faire tuer la demoiselle. La mâchoire crispée, il se tourne dans la direction de la voiture dans laquelle je suis rentrer pour me dire :

Rentrez bien tous les deux.

Je lui réponds amicalement d'un signe de la main et d'un sourire. Il se dirige alors vers sa voiture à lui en disant à ses hommes de nous déposer là où nous le voudrons.
Normalement elle devrait pas avoir de problème ce soir, mais évitons de tenter le diable. Je m'en voudrais si elle venait à se faire abattre une fois seule dans la voiture. Je précise alors à celui qui sera notre chauffeur que nous déposerons la demoiselle dans un premier temps.

Une fois la jeune femme avec moi, je lui demande en paraissant le plus calme possible avec un sourire amusé, même si intérieurement je suis un train de bouillir :

Je croyais qu'il fallait faire attention aux personnes que l'on se met à dos...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 19/05/2016
Jeu 25 Jan - 20:41

ft. Naku

ft. Eris

「la fortune sourit aux audacieux」
Voir Hayko fulminé fit grandement plaisir à la jeune femme, voyant clairement que celui-ci n’allait rien faire malgré tout. Un homme avec de l’honneur, c’est rare, mais c’est ce qui les perd le plus souvent, comme le plaisir de la chair. Quand Naku sorti sa phrase, elle le regarda du coin de l’œil faussement amusé.  La murmura à peine pour la réflexion des verres qu’elle avait bu.


"Tu dit ça de toutes les nanas que tu ramènes chez toi ? "

Elle soupira pour la suite décidément le brun n’avait vraiment pas l’habitude de jouer contre des monstres. La brune marcha lentement vers la voiture de sa démarche féline, gardant un œil sur Hayko qui ne prenait pas la même voiture qu’eux. Il avait surement peur de perdre son sang froid et faire un geste contre l’étique de son cher patron.  Elle s’assit dans la voiture croisant ses jambes, se qui laissa apparaitre par la fente sa cuisse. Elle fit un petit signe de la main à Hayko quand il leurs parla, ajoutant un clin d’œil amuser.

Naku parla en premier aux chauffeurs de la voiture, la déposé en priorité, voila une douce attention. Avant qu’elle ne commente l’action, elle fut coupée par son compagnon d’infortune et elle lui répondit d’un sourire.

"Oh, tu sais lui et moi c’est une vieille histoire. Les hostilités sont lancées depuis bien longtemps. Contrairement a se que tu pense ou se que pense certainement le mec devant, je ne suis pas une fleur fragile et encore moins une princesse à protéger. Ton ami Hayko à goûter à mon savoir faire et crois moins, il a payer cher pour ça. D’ailleurs moi qui pensait qu’il était ton ami, tu as du déboursé de ta poche pour qu’il vienne non ? Et après c’est moi qu’il traite de pute. "

Elle tira lentement de sa pochette un scalpel qu’elle posa entre eux deux, puis elle sortit un rouge à lèvre, afin de se remaquiller.

"D’ailleurs qui te dit qu’il n’a pas demander à son charment chauffeur de nous ramener sain et sauve chez nous ? Je vote pour un 50/50. "

Eris s’adressa rapidement au chauffeur qui semblait attendre une adresse, lui disant de continuer tout droit. Elle rangea son tube puis posa sur ses genoux sa pochette et son scalpel.

"Dis-moi Naku, tu aimes la vitesse et les courses poursuite ?  Car une voiture nous suis depuis le début, d’ailleurs si c’est notre Hayko chéri. Je vais devoir jouer avec deux coups d’avance. "

La fille de la Hyène posa son regard dans le rétroviseur en regardant le chauffeur droit dans les yeux, un sourire en coin avec un air presque navré de la suite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 30/10/2017
Localisation : York Shin
Ven 26 Jan - 12:13
Quand la jeune femme me murmure une remarque, je me contente de lui murmurer ma demande de ne pas me faire tuer. Elle soupire alors, probablement car elle doit trouver que je ne suis pas assez joueur ou pour je ne sais quelle autre raison. J'avoue ne pas vouloir me casser la tête sur ça en ce moment.

Une fois dans la voiture et que je lui fais ma remarque, elle m'explique que la querelle dure depuis bien longtemps et qu'elle n'a pas besoin d'être protégée. Je ne peux retenir un petit rire alors que je lève les yeux au ciel. Puis je regarde la jeune femme amusé et las à la fois :

Sans vouloir être offensant... Est-ce que j'ai l'air d'être un chevalier servant ? Sérieusement, je ressemble à l'un de ces gars qui se plient en quatre pour vos faveurs ? J'ai bien compris que vous nager en des eaux bien plus sombres et profondes que moi... Et au risque de vous paraître égoïste, c'est surtout ma vie que je voudrais protéger.

Je la vois sortir un scalpel qu'elle pose entre nous, puis son rouge à lèvres. Puis elle me demande ce qui me garanti que le chauffeur soit bien sensé nous ramener chez nous... J'aurai envie de lui dire que je n'avais jamais eu de problèmes avec ça jusqu'à maintenant et que je n'ai pas encore fait le versement, ce qui implique que si mon « sauveur veut son million il faut que je reste en vie... Mais ça, s'était avant que cette fleure vénéneuse ne s'ajoute à l'équation... Ça m'apprendra à proposer à une femme de la déposer déposer chez elle. Le pire, c'est que je n'avais même pas d'arrière pensée.

Quand elle me parle de la voiture qui nous suit et de courses poursuite, je comprends que les choses vont fatalement dégénérer... Je baise mes lunettes pour me frotter les yeux de mon pouce et mon index, exaspéré. Puis, je remets mes lunettes en place... Je soupire et souffle à la belle :

Je vous laisse mener la danse, vous y êtes bien plus rodée que moi visiblement...

Puis, d'un signe de tête je montre son scalpel et demande :

Vous n'en auriez pas un pour moi par hasard ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 19/05/2016
Dim 28 Jan - 12:24

ft. Naku

ft. Eris

「la fortune sourit aux audacieux」
Eris ne répondit pas quand Naku lui parla visiblement bien trop occuper à d’autre calcule que son esprit lui offrait. La brune était effectivement habituée à ce genre de chose quoi de plus normale pour une enfant de cette chère reine de la Lune noire. Quand elle vit la tête visiblement reisigné du brun elle lui sourit.


« Oh allez haut les cœurs, ne laisse pas le néant prendre le dessus sur toi et puis par chance tu pourras dire à ton ami que tout est de ma faute. Chacun sans sort. On va dire que je vais de kidnappé et que tu as réussir à fuir des griffes de la bête. »


Elle soupira un peu, visiblement habituer à être nommé ainsi, elle reprenait assez facilement les termes qu’on lui affublait. Quand il lui demanda un scalpel, elle pencha un peu la tête et le regarda amuser.

« Voyons, je n’aimerais pas que vos si jolies mains soient abîmées. »

Elle se leva autant que la voiture pouvait lui permettre et remonta assez sa robe pour lui permettre de passé à l’avant du véhicule. Se retrouvant alors à coté du conducteur elle lui sourit.

« Vous serez adorable de me laisser le volant très cher. »

Visiblement le chauffeur ne répondit pas assez rapidement à sa demande car elle détacha la ceinture de celui-ci, plantant alors le scalpel dans la gorge de l’homme, ouvrit la portière et le poussa autant que lui permettait sa force. Elle eu peu de temps pour prendre sa place, mais la portière claqua brutalement au contact d’un poteau.

« Excuse les secousse trésor, mais on va devoir jouer au blockbuster du cinéma. »

Elle regarda rapidement dans le rétroviseur, avec un sourire carnassier. Expliquant vaguement ce qu’elle voulait faire. Rien de plus simple, elle allait conduire jusqu’à un endroit plus dégager, elle allait s’arrêté puis continuer à pied. Eris ajouta qu’il serait bon qu’elle le blesse même légèrement pour que cela soit un peu plus vrais.

Après l’avoir regardé à travers le miroir central, elle eut un sourire.

« Tu es un étrange type, mais je t’apprécie et il serait bon que tu continue à être aimer de se certains d’Haiko. Il est très serviable »


Replaçant ses cheveux qui avait élue domicile sur son visage, elle regarda dehors. Ils étaient proche de l’endroit qu’elle voulait. Elle inspira et expira longuement pour se concentrer elle n’allait pas avoir une seconde chance et elle comptait bien sur la coopération du jeune homme derrière elle. Eris ne parlerait même pas de confiance, car elle ne possède plus du tout se genre d’attitude. Elle avait sortit tout son plan sans vraiment savoir si Naku était en accord ou s’il avait une autre idée, n'ayant pas l'habitude d'être avec quelqu'un. De plus la voiture qui les suivaient ou du moins la plus proche était celle de l'homme qui avait quitter le casino et qui avait demander du feu à la demoiselle. Il était avec elle et allait l'aidé par la suite. Heureusement que son Victor était un virtuose en conduite et la sortirait rapidement des possibles poursuivant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 30/10/2017
Localisation : York Shin
Dim 28 Jan - 17:43
Visiblement, la jeune femme a déjà tout prévu y compris l'excuse pour que je ne me fasse pas taper sur les doigts... Elle me refuse même le scalpel de peur que je me blesse. J'ai un petit sourire qui se dessine. Amusé, mais sincère je lui glisse à l'oreille :

Vous savez que vous n'êtes pas une bête... Je dois même avouer que vous êtes même plutôt sympa... Un peu présomptueuse sur les bords, mais tout de même gentille et intelligente.

Puis je la vois se relever pour passer devant. Je crois bien que le conducteur est surpris mais trop concentré sur la route pour vraiment réagir. La belle lui demande de céder sa place, mais sous l’inaction du monsieur, elle lui plante le scalpel dans la gorge... Je vais pas vous mentir, j'arrête de respirer pendant quelques secondes à ce moment là. D'autant plus quand elle balance le cadavre par la portière. Rapidement, elle prend qui la place du mort pour rejoindre celle de celui qui vient de mourir.
Ce n'est que lorsqu'elle m'adresse à nouveau la parole que mon cerveau ce rappelle de l'importance de respirer. La belle m'explique son plan de faux kidnapping... C'est étrange, mais pendant un bref instant, je me demande si je peux compter ça comme un troisième ou pas. Si c'était le cas, je serai libéré du problème du jamais deux sans trois et ça ne serait pas plus mal. C'est fou comme une expression stupide peut faire planer une épée de Damoclès sur nous... Oui mon esprit à tendance à se perdre de temps à autre.
J'inspire un grand coup et acquiesce quand au fait qu'il serait préférable que je reste en bon terme avec Haiko. Je suppose que l'adrénaline m'aide à réfléchir plus vite et prendre la décision la plus efficace même si la plus dangereuse... Je dis alors avec un calme déroutant à Eris :

Il faudra que vous me plantiez avec votre scalpel... Vous m'avez dit être chirurgienne, vous devez donc connaître un endroit où vous pouvez me planter sans qu'il y ait de dommages importants. Avec ça, je ne vois pas comment il pourra douter de ce que je lui dirai...

Je respire à nouveau un grand coup et avec une voix plus tendre je m'excuse auprès de la jeune femme :

Je vous présente d'avance mes excuses... Je vais devoir dire pas mal de choses à charge et utiliser un vocabulaire peu flatteur pour vous désigner. Bon, vous vous ne serez pas sur place pour l'entendre, mais quand-même. D'autant plus que je ne penserai pas ce que je dirai...


Je prends un bonne rasade de ma flasque en prévision de ce qui allait arriver et mon bloc note histoire d'avoir quelque chose à mordre au moment fatidique.
C'est alors que je me rends compte que je commence à m'habituer à ce que les choses tournes mal... L'adrénaline ne me submerge plus autant qu'avant et j'arrive plus ou moins à réfléchir de manière pragmatique... Pas plus mal étant donner mon envie de devenir hunter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 19/05/2016
Mar 30 Jan - 13:01

ft. Naku

ft. Eris

「la fortune sourit aux audacieux」
La brune eu un petit sourire quand elle entendu ce qu’il disait. Elle lui aurait bien balancé une phrase, mais se ravisa. Elle décida d’accepter simplement se petit compliment pour une fois et puis elle avait à faire.


Regardant dans le rétroviseur, elle vit qu’il semblait en accord lui aussi vis-à-vis de Haiko. Son œil se porta alors sur la voiture qui les suivait tout en écoutant se qu’il lui disait. Planté le scalpel s’il le voulait. Elle hésita un moment, prise dans une réflexion sur les différentes possibilités. Se qui la fit sortir de ses pensées fut la voix qui ne semblait pas avoir fini de parler. Puis un sourire finit par apparaitre sur ses lèvres et un rire si échappa par la suite.

« Tu es adorable trésor, je suis habituée au nom d’oiseau et tout autre vulgarité. Comme tu le dit je ne serais pas là pour entendre, mais c’est appréciable de savoir que tu ne les penseras pas. Ton ou ta partenaire doit être plutôt chanceux de t’avoir. »

Elle le regarda puis continua en agitant lentement la main, comme cherchant à évité de s'embrouiller dans son flot de parole ou à caché ses sentiments.

« Enfin bon passons assez parler. »

Quand elle arriva dans un coin assez isolé, elle freina brutalement et eu un court temps d’attente avant de reprendre le scalpel et de se retourner vers Naku.

« Pardonne-moi, ça risque de piquer un peu et tu vas devoir utiliser un tissu pour stopper le sang, d’ailleurs je vais te le laisser en souvenir. »


Alors qu’elle parlait comme pour un peu distraire lors de sa terrible opération, elle aurait préféré soulever les couches de tissus pour pouvoir avoir une vision nette de se qu’elle faisait, mais serait bien moins naturelle. Posant sa main sur le côté du ventre, elle calcula et tâta rapidement pour ne toucher aucun organe important quand elle trouva le bon angle, elle s’excusa à mit mot en terminant sa phrase et planta l’engin dans la chair. Juste après cet acte, elle ne prit pas le temps de vérifier si Naku allait bien, elle devait partir.  Elle posa rapidement un baisé sur la joue du brun en lui murmurant que le numéro de sa carte était bon, puis elle sortit de la voiture abandonnant ses talons et se dirigeant rapidement vers la voiture ou un homme l’attendait. Elle ouvrit rapidement la porte pour s’introduire dedans ne cherchant même pas à vérifier si Haiko et ses hommes étaient déjà là ou non. Se qui comptait était de partir, en espérant que se foutu mafieux tombe dans le panneau, sinon elle irait lui expliquer le fond de sa pensé, quitte a engendré une guerre civile et lui faire geindre de l'achever. Elle demanda à son Victor de l'emmener chez elle, le plus rapidement possible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 59
Date d'inscription : 30/10/2017
Localisation : York Shin
Mar 30 Jan - 14:33
La conductrice semble sourire à ce que je dis. Après que j'ai fini de parler, elle me répond qu'elle est habitué aux noms d'oiseaux, chose que je trouve dommage. Puis elle me dit que la personne avec qui je suis a bien de la chance. Je pense de suite à Griselda et au baiser que nous avons échangé la veille... Et oui, une simple journée. J'hésitais même à aller au casino, mais j'avais besoin d'argent pour pouvoir réaliser mon plan de sortie du monde du jeu...
En voyant qu'Eris accepte de me planter, je me dis que j'ai bien fait de demander 10 jours avant de commencer l'entraînement. D'un autre côté, cette mésaventure rendra mon plan encore plus efficace. En plus, ça m'évitera de mettre à sac mon propre appartement... Je m'en tir pas si mal au final.
La belle décide de couper court à la conversation, ce qui n'est pas plus mal, ça va me permettre de réfléchir un peu à la suite des événements.

J'avais réussi à gagner cette invitation et normalement ça aurait dû être une soiré de poker classique. Mais suite à la façon dont les choses ont tourné avec Grsielda, j'ai du revoir mes plans. J'en suis vite venu à l'idée qu'il fallait que je quitte le monde du jeu, mais il est clair qu'on ne me laisserait pas faire si facilement. Le plan de base était donc d'aller au casino pour amasser de l’argent et énerver un peu un gros richard... Là je devais appeler Haiko pour qu'il me sauve. Une fois chez moi, j'aurai mis à sac mon appartement et aurai trouvé un moyen de me blesser. J'aurai rappelé Haiko paniqué pour qu'il vienne et lui dire que le mec m'avait fait suivre et que je m'étais fait dérouiller. Une fois le contexte en place, le fait que je veuille quitter le monde du jeu aurait été parfaitement logique. J'aurai organisé rapidement un rendez-vous avec mes camarades de tables habituel pour leur expliquer Haiko pouvant justifier du bien fondé de ma volonté. S'ils insistent (comme je m'y attends), je jouerai une dernière partie (c'est pour ça que j'avais besoin de beaucoup de jennys), qu'après un long moment je finirais par perdre. J'en connais au moins deux qui verront ça comme un signe du destin et ils argumenteront aussi pour mon départ. Les autres, trop content d'avoir enfin gagné une grosse somme contre moi ne devraient pas me poser trop de problème...
En gros mon plan ne change pas, sauf pour la partie mise à sac et ce n'est pas plus mal.

On s'arrête finalement, je sors de la voiture. Je me rends compte que mon idée de mordre dans mon carnet est stupide, je ne sais pas à quelle distance ils sont, mais je préfère pas prendre de risque... Un gringalet comme moi qui crie pas quand on le poignarde, c'est suspect. Je reprends une bonne rasade d'alcool et range mon carnet. Quand la demoiselle s'approche, je me dépêche de lui dire :

Désolé pour vous oreilles, je vais crier... On ne sait jamais...

Elle commence à me parler en me touchant le flanc, alors qu'elle parle et s'excuse, elle me plante d'un coup. Je cris comme assez fort et place ma main pour retenir le scalpel. Elle me dépose une bise sur le joue et me murmure que le numéro donné est un vrai. Je profite de cet instant pour lui murmurer :

Merci et bonne chance Eris...

Je me couche sur le dos en prenant une pose la plus ressemblante possible à une chute alors qu'elle s'en va. Je gigote un peu de douleur. Après une poignée de minutes, je vois des phares de voiture arriver. Je commence alors à répéter inlassablement en me tordant de douleur :

La salope... Oh putain la salope... Aaahh putain ça fait mal... La connasse...

Les voitures se garent autour de moi de sorte à éclairer la scène. Des hommes en sortent et Haiko en fait parti. Je continue alors qu'il s'approche en tenant fermement le scalpel dans la plaie.

Putain, mais qu'est-ce qu'il s'est passé ?

C'est une MALADE !!! On roulait tranquillement... et … et là, d'un coup elle a buté ton chauffeur !!! Putain j'ai mal !!! … Elle a verrouillé les portières... Quand elle s'est arrêtée la, j'ai essayé de partir, je voulais pas crever merde !!! Dès qu'elle a ouvert ma portière, je me suis précité dehors ! Et là elle m'a planté !!! Elle m'a planté cette connasse !!!

Je dis tout cela en haletant, criant, gémissant de douleur. J'avoue être bon menteur, mais là, je suis carrément habité par le rôle... Je suppose que la douleur aide à rendre la voix plus authentique... Je regarde une de mes mains couverte de sang et me mets presque à sangloter :

Oh merde... Je me vide de mon sang ! Je vais crever c'est ça ?

Haiko a l'air vraiment inquiet. Je ne saurai dire si c'est parce que si son boss apprend qu'il a pas réussi à me protéger, il risque de ne pas être content, est-ce parce que je n'ai pas encore fait le virement et donc c'est un joli million qui disparaîtrai avec moi ou parce qu'il m'aime bien ? Peut-être un peu des trois. Il demande un tissue à l'un de ses hommes pour appuyer sur la plaie. Rapidement, on m’emmène dans une voiture et je me retrouve en quelque minute chez un chirurgien clandestin, probablement un vétérinaire. On me retire le scalpel et me recoud... Alors que le médecin fini les bandages, Haiko revient pour me demander si ça va. Je lui réponds, la mort dans l'âme :

Ça va, j'ai eu de la chance, mais... C'est trop pour moi Haiko... Je suis un joueur moi, je suis pas là pour me faire planter par des cinglées...

Je prends un instant pour le côté dramatique :

Je peux pas continuer comme ça... Faut que j'arrête... je... je...

Tu vas finir par te faire buter... Je comprends, j'avoue que quand on a pas l'habitude, c'est dur... Mais pas tout le monde est aussi compréhensif...

Les yeux brillant, je le regarde :

Je veux pas mourir...

Je prends quelques secondes pour donner l'impression que je réfléchis, puis je reprends :

Tu penses qu'on pourrait réunir la table pour demain ? Je veux faire mes adieux au groupe comme il se doit...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Date d'inscription : 19/05/2016
Mer 31 Jan - 19:00

ft. Naku

ft. Eris

「la fortune sourit aux audacieux」
Alors qu’elle était dans la voiture, la brune espérait bien que tout se passerait bien pour le jeune homme. Il était quelqu’un de plutôt sympathique. Je pense que dans d’autres circonstance cela se serait passez bien mieux… peut être pas.  Elle se connaissait assez pour savoir, qu’elle aurait tout fait capoter au bout d’un moment. Quoi de plus normal, elle ne voulait pas s’attacher aux gens et tout le monde semblaient être près un jour ou l’autre de poignarder son prochain pour se sauver l’âme.


Un long soupire s’échappa d’entre ses lèvres alors qu’elle regardait par la fenêtre, les rues défilaient sous son regard. Certaine d’entre elle lui était des plus familière, elle passait là il y a plusieurs années, elle avait un étui à violon dans les mains, était habiller comme une jeune fille model. Il était bien plus facile de livrer de la contre bande ainsi, personne ne faisait attention à une gamine de bonne famille.  Elle ne savait pas encore qu’utiliser son corps et de manipulé était bien plus pratique que de faire l’innocente.

Cette jeune fille aux cheveux court noir, elle l’avait enterré au plus profond de son être, elle était faible et avait peur de beaucoup de chose, surtout depuis qu’elle avait subi ce qui avait fait d’elle une Azarov. 
Le frein de la voiture la fit sortir de ses songes, Eris regarda son Victor, puis elle regarda dehors. Déjà arrivé étrangement elle n’avait pas envie de rentré, mais elle finit par ouvrir la portière et sortir de la voiture pour entrer dans la Lune Noire. Il y avait trop de bruit et même quand certaine personne l’appelait elle ne répondit pas, elle les entendait même pas. Elle monta les marches pour rejoindre sa chambre et s’enferma dedans. Elle s’allongea sur son lit, un tas de chose lui trottait dans la tête. Jakob lui avait dit qu’il voulait qu’elle dirige York Shin et étrangement elle ne voulait absolument pas de se trône. Il voulait tuer aussi Lilith, elle qui était une affreuse garce, mais qui en même temps lui avait tout donner à elle. Si elle n’avait pas été là pour l’acheter, elle serait surement morte dans une poubelle ou pire encore obliger de vendre son corps à n’importe qu’elle crasseux.


Cette idée lui donna envie de vomir, de sa main elle chercha dans le tiroir de sa table de chevet un paquet de cigarette qui devait dater de bien longtemps. Elle en prit une, l’alluma et la porta à sa bouche, elle avait oublié le goût que cela avait et étrangement sa ne lui avait pas manquer, mais au moins cela lui changeait un peu les idées.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunter x Hunter Unlimited :: Southernpiece-
Sauter vers: